GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Narcotrafic: le procès d'«El Chapo» s'est ouvert à New York sous haute sécurité

    media La police monte la garde devant le tribunal de New York où le procès du baron de la drogue «El Chapo» a commencé, lundi 5 novembre 2018. REUTERS/Eduardo Munoz

    Le procès du Mexicain « El Chapo », qui a dirigé pendant près de 25 ans le cartel de drogues de Sinaloa considéré comme le plus puissant au monde, s’est ouvert lundi 5 novembre à New York pour les quatre prochains mois.

    Avec notre correspondante à New York, Marie Bourreau

    La sécurité mise en place à New York est à la hauteur du personnage. Pont de Brooklyn fermé à la circulation le temps de son transfert entre la prison de Manhattan où « El Chapo » est maintenu à l'isolement 23 heures sur 24 et tribunal de Brooklyn. Chiens renifleurs, policiers en armes. Le procès lui-même se tient à huis clos en raison de la personnalité de l'accusé qui s'est déjà échappé deux fois de prisons de haute sécurité au Mexique. Seule une poignée de journalistes a pu apercevoir l'ex-ennemi public numéro un vêtu d'un costume bleu marine et d'une chemise blanche. Il serait apparu souriant aux côtés de son interprète.

    → A (RE)LIRE : Sinaloa: en l'absence d'El Chapo, la guerre des cartels fait rage au Mexique

    Joaquin Guzman - de son vrai nom - sera pourtant jugé pour onze chefs d'accusation. Celui qui a dirigé pendant 25 ans le cartel de Sinaloa est accusé d'avoir fait importer 154 tonnes de cocaïne aux Etats-Unis ainsi que de l'héroïne, de la marijuana et des méthamphétamines pour une valeur totale de 14 milliards de dollars, et d'avoir commandité plus d'une trentaine d'assassinats. Il risque la prison à vie, mais pas la peine de mort. C’était la condition posée par le Mexique pour accepter son extradition.

    La première semaine de ce procès doit être consacrée au choix des douze jurés qui resteront anonymes et feront l'objet d'une protection des autorités américaines. 300 000 pages de documents, 117 000 enregistrements audio ou photo doivent aussi être décortiqués durant les quatre mois de procès qui coûteront plusieurs millions de dollars aux contribuables. Mais les Américains, qui subissent une grave crise des opioïdes, sont bien décidés à en faire un procès pour l'exemple.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.