GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 21 Novembre
Jeudi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le Kremlin répète n'avoir «rien à voir» avec l'enquête russe

    media Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. REUTERS/Sergei Karpukhin

    La Russie a affirmé, ce jeudi 8 novembre, n’avoir « rien à voir » avec l'enquête américaine sur les accusations d’ingérence de ses services lors de l’élection de 2016. La veille, Donald Trump a limogé son ministre de la Justice Jeff Sessions, à qui il reprochait de s'être récusé dans cette même enquête.

    La Russie « n'a rien à voir » avec l'enquête américaine sur les accusations d'ingérence de Moscou dans la campagne de l'élection présidentielle de 2016, a répété ce jeudi 8 novembre le porte-parole du Kremlin.

    « Cette enquête, c'est un mal de tête pour nos collègues américains. Elle n'a rien à voir avec nous », a déclaré Dmitri Peskov aux journalistes, qui lui demandaient si le limogeage mercredi 7 novembre du ministre américain de la Justice Jeff Sessions pourrait influencer l'enquête menée par le procureur Robert Mueller.

    « Jusqu'à présent, ce qu'a produit la commission Mueller peut difficilement soutenir une évaluation critique sérieuse », a ajouté M. Peskov.

    Jeff Sessions, « très faible » selon Trump

    Jeff Sessions a présenté mercredi 7 novembre sa démission « à la demande » du président américain Donald Trump. Jeff Sessions, un ultra-conservateur, faisait partie des premiers à rallier le magnat de l'immobilier lors des primaires de 2016.

    Mais le locataire de la Maison blanche n'a pas supporté que ce fidèle se récuse en mars 2017 dans l'enquête sur l'ingérence russe présumée dans la campagne électorale de 2016, dont un volet porte sur les soupçons de collusion entre Moscou et l'équipe du candidat Trump.

    Depuis plus d'un an, Donald Trump reprochait à Jeff Sessions d'être un ministre « très faible » incapable de le protéger d'une « injuste chasse aux sorcières ».

    Robert Mueller, qui fut directeur du FBI de 2001 à 2013 sous George W. Bush puis Barack Obama, tente de déterminer s'il y a eu collusion entre Moscou et l'équipe de campagne de Donald Trump lors de l'élection présidentielle de 2016, et également si ce dernier s'est rendu coupable d'obstruction à la justice. La Russie dément toute ingérence.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.