GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Colombie: Ivan Duque, un président qui veut rester proche des gens

    media Le président colombien Ivan Duque, le 9 novembre 2018 à Leticia, tout près du Pérou et du Brésil, en Amazonie. Juan BARRETO / AFP

    Ivan Duque, 41 ans, est depuis 100 jours au pouvoir en Colombie. Pas de grand projet politique en vue pour ce président de droite et sans expérience. Ivan Duque se veut ouvert et plus chaleureux que son mentor, l'ancien président Alvaro Uribe. Et, comme lui, proche de ses électeurs. Exemple cette semaine dans l'Amazonie.

    Avec notre envoyée spéciale à Leticia,  Marie-Eve Detoeuf

    Toutes les semaines, le président Duque se déplace pour aller écouter les doléances des Colombiens. Samedi dernier, il était dans la ville de Leticia, au cœur de l'Amazonie, tout au sud du pays, pour un de ses « ateliers de construction de pays », le 15e en trois mois.

    Les musiciens jouent l'hymne du département. Sur scène, le jeune chef d'Etat est en bras de chemise, bracelets indiens au poignet. « Et que ce soit l'occasion de dire aux gens de l'Amazonie, qu'ils vont avoir un président présent, insiste Ivan Duque, et plein d'affection pour eux. »

    Toute l'équipe gouvernementale a fait le voyage : ministres, conseillers, directeurs... « Les ateliers sont une forme de gestion pour se rapprocher des citoyens, écouter les gens et gouverner. Les coûts sont minimum comparés aux résultats », explique Karen Abudinen, conseillère présidentielle pour les régions.

    A la fin de l'atelier, les ministres s'engagent à donner des bourses scolaires, à faire réparer l'hôpital, à construire un pont. Le public applaudit. Harold Rengifo, avocat à Leticia, est plus critique : « Il n'y a pas de connexion entre les régions et la capitale dans l'intérieur du pays, là où est le gouvernement. »

    « Il n'y a pas de confiance entre les citoyens et leurs élus. C'est pour cela que les citoyens veulent voir leur président. Mais au fond, cela ne résout rien », ajoute-t-il. Forme efficace de gouvernement ou avatar du populisme, la micro-gestion du président Ivan Duque fait en tout cas débat.OK

    ► À relire : L'UE soutient les producteurs de frites congelées contre la Colombie

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.