GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Californie: après l'incendie «Camp Fire», la pluie

    media Une maison totalement détruite par les flammes dans la ville de Paradise en Californie le 13 novembre 2018. REUTERS/Terray Sylvester

    Une bonne nouvelle pour les pompiers californiens. Deux semaines après le déclenchement du feu « Camp Fire », la pluie est enfin arrivée. Cet incendie monstre est de loin le plus meurtrier et dévastateur de toute l'histoire de la Californie, mais il est désormais largement contenu. En deux semaines, il aura fait 81 morts et des centaines de disparus selon un bilan toujours provisoire. Mais le danger n'est pas levé. Les autorités mettent en garde contre les fortes pluies qui, en revanche, ne sont pas une bonne nouvelle pour les sinistrés de Paradise.

    Avec notre correspondant à Washington,  Eric de Salve

    C'est un soulagement de taille pour les 5 000 pompiers qui luttent toujours contre les dernières flammes du Camp Fire. La pluie est enfin arrivée ce mercredi. Il n'avait pas plu la moindre goutte autour de Paradise, ville aujourd'hui dévastée, depuis plus de 220 jours. Cette sècheresse est l'un des facteurs qui a fait de ce feu le plus destructeur et meurtrier de toute l'histoire de la Californie. Au dernier bilan, ce méga-incendie a détruit 62 000 hectares, 13 000 maisons, et surtout tué 81 habitants de Paradise, avec encore 870 disparus.

    Le feu est maintenant contenu à plus de 80%, mais attention, préviennent les pompiers, car l'extinction des incendies ne signifie pas forcément la fin du danger. Avec les fortes pluies attendues jusqu'à début décembre, les autorités craignent désormais des inondations et des glissements de terrain sur les sols incendiés. Et les tempêtes annoncées risquent de fragiliser un peu plus encore les quelque 50 000 déplacés, dont beaucoup vivent dans des conditions très précaires, soit dans des abris bondés, soit pour plusieurs centaines d'entre eux sous des tentes sur des parkings de supermarchés.

    ►À relire : A Paradise, ville dévastée par le feu, Trump exprime sa « tristesse »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.