GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le Premier ministre espagnol à Cuba pour renforcer les liens économiques

    media Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez (G) a été reçu par le président cubain Miguel Diaz-Canel; à La Havane, le 23 décembre. REUTERS/Alexandre Meneghini

    En visite à Cuba, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez a plaidé pour un renforcement des liens économiques entre Madrid et La Havane. « Nous avons brisé la glace » s'est réjoui vendredi 23 novembre le chef du gouvernement espagnol, au terme d'une visite historique destinée à normaliser les relations entre les deux pays.

    L'Espagne est déjà le troisième partenaire commercial de Cuba après la Chine et le Venezuela. Le premier en Europe avec « une part de marché de 40% » a rappelé Pedro Sanchez. Et l'Espagne aurait gagné beaucoup de terrain depuis l'an dernier. A tel point qu'un analyste la verrait bien passer devant le Venezuela.

    Cet élan, le chef du gouvernement espagnol espère bien qu'il se poursuivra. Il a assuré que Madrid continuerait à encourager les investissements à Cuba.

    Pedro Sanchez, le premier dirigeant espagnol à se rendre en visite officielle sur l'île en 32 ans, a d'ailleurs inauguré un forum bilatéral réunissant entreprises espagnoles et cubaines. Parmi elles, des grands noms de l'économie ibérique alors qu'à l'heure actuelle la plupart des 300 entreprises espagnoles installées sur l'île sont de taille petites ou moyennes.

    Problèmes d'impayés

    Pour faciliter les échanges, Pedro Sanchez a aussi promis que son équipe poursuivrait ses efforts pour trouver une solution aux « problèmes d'impayés » dont souffrent les entreprises espagnoles à Cuba.

    Un regain d'intérêt d'autant mieux apprécié par le pouvoir cubain que l'île a soif d'argent frais. Cuba pâtit de la débâcle du Venezuela. La suspension de son programme d'envoi de milliers de médecins au Brésil aura aussi un impact.

    Selon une source diplomatique, cela rapportait à La Havane près de 400 millions de dollars par an. Cette volonté d'attirer les investisseurs devrait se traduire en février avec l'adoption d'une nouvelle Constitution.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.