GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
Vendredi 13 Décembre
Samedi 14 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 16 Décembre
Mardi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Clémence Botino, Miss Guadeloupe, désignée Miss France 2020
    • Delevoye déclare 13 mandats, veut continuer à «défendre» le projet de réforme des retraites (Le Monde)
    Amériques

    Etats-Unis: le torchon brûle entre Donald Trump et General Motors

    media Le président américain Donald Trump, photographié le 1er octobre 2018 à la Maison blanche. REUTERS/Kevin Lamarque/File Photo

    Vive réaction du Président américain alors que General Motors annonce la suppression de milliers d'emplois et la fermeture d'usines aux Etats-Unis et au Canada. Le constructeur automobile, qui dénonce la politique commerciale de Donald Trump, est notamment présent dans des régions en crise et qui ont une importance politique capitale.

    Lors de l’élection présidentielle de 2012, l'Ohio et le Michigan (nord des Etats-Unis) avaient basculé côté Républicain et offert des voix cruciales à Donald Trump pour son accession à la Maison Blanche. Il en aura d'ailleurs encore besoin pour se faire réélire en 2020. Ils font partie de la « Rust belt » (ceinture de la rouille), gravement touchée par les crises récurrentes économique. La désindustrialisation, la crise de 2008 y ont fait des ravages. Le documentariste Michael Moore y avait réalisé « Roger et moi », l’histoire de la suppression de 30000 emplois dans les usines de General Motors à Flint (Michigan), sa ville natale. Le film relatait notamment les conséquences pour la population majoritairement ouvrière.

    « Et voilà les remerciements ! »

    Pendant sa campagne victorieuse, Donald Trump y avait promis le retour des emplois industriels. D'où sa colère après les annonces lundi de General Motors : une cure d'amaigrissement dans les usines d'Amérique du Nord (suppression de 15% des effectifs, notamment chez les managers, avec l'objectif d'économiser 6 milliards de dollars). « Les Etats-Unis ont sauvé General Motors » (référence à la faillite de 2009 et au plan financé par le contribuable, « et voilà les remerciements que nous avons! », lance Donald Trump. Il y ajoute des menaces : l'abandon de « toutes les subventions, y compris pour les voitures électriques ». Et le président américain de marteler son credo : « je suis là pour protéger les travailleurs américains ».

    Le logo de General Motors visible à Warren dans le Michigan aux Etats-Unis. REUTERS/Rebecca

    Bénéfices confortables

    Attaquée au portefeuille, la direction de GM n'a pas tardé à lui répondre: « la restructuration est un moyen de préserver l'avenir », affirme le communiqué. Le constructeur historique américain (créé en 1908) espère créer des emplois, avec les pick-up, les cross-over, les SUV, les véhicules électriques et autonomes. Des promesses de fortes marges alors que les berlines traditionnelles se vendent de moins en moins bien.

    Les annonces de suppressions d’emplois passent d’autant plus mal que le groupe affiche des bénéfices confortables et qu’il a lancé des relocalisations au Mexique, au grand dam de Donald Trump. Le bras de fer avec la Maison Blanche n'est pas sans doute pas près de se calmer. Le président américain pourrait dans les prochains jours relancer la guerre commerciale avec les Européens et les Chinois. General Motors estime que les taxes sur l'acier l'ont déjà gravement pénalisé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.