GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Février
Dimanche 17 Février
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
Aujourd'hui
Jeudi 21 Février
Vendredi 22 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Rapport du Sénat sur Benalla: «Beaucoup de contrevérités», dénonce Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement
    • Affaire Benalla: la justice française initie une enquête pour «entrave à la manifestation de la vérité»
    • Fraude fiscale: le géant bancaire suisse UBS, condamné à une amende record de 3,7 milliards d'euros, va faire appel (avocats)
    • L'émissaire nord-coréen pour les Etats-Unis arrive à Hanoï avant le sommet Trump-Kim (journaliste AFP)
    • Affaire Benalla: «La sécurité du président de la République a été affectée» (président commission d'enquête sénatoriale)
    • Les Etats-Unis utilisent des «accusations imaginaires» pour sortir du traité INF (Vladimir Poutine)
    • Affaire Benalla: la commission d'enquête demande la fin des «collaborateurs officieux» de Macron (rapport)
    • France: la commission sénatoriale demande des poursuites contre Benalla, ex-proche de Macron, pour «faux témoignage»
    • Affaire Benalla: la commission d'enquête sénatoriale met en cause le témoignage de trois hauts responsables à l'Élysée (lettre à Larcher)
    • Amender le «filet de sécurité» («backstop» en anglais) est la seule solution pour éviter un Brexit dur le 29 mars (Hunt)
    • Affaire Bygmalion: le Conseil constitutionnel est saisi d'un recours de Nicolas Sarkozy contre un éventuel procès (avocat)
    • Affaire Benalla: la justice n'est pas «sous pression» affirme la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, sur France Info
    • Devant les deux chambres du Parlement réunies, Vladimir Poutine promet aux Russes une amélioration de leur situation «dès cette année»
    Amériques

    Climat: le Brésil n'organisera pas la COP25

    media Le président élu du Brésil, Jair Bolsonaro, le 24 novembre 2018 à Rio de Janeiro lors d'une cérémonie militaire. REUTERS/Ricardo Moraes

    Le Brésil renonce à la COP25, la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques prévue en 2019. Cette décision du président élu d'extrême droite Jair Bolsonaro intervient à quelques jours du début de la COP24 à Katowice, en Pologne. Officiellement prise pour raison budgétaire, cette décision accroit le fossé entre défenseurs de la planète et les « climato-sceptiques ».

    Avec notre correspondant à Rio de Janeiro,  François Cardona

    Jair Bolsonaro l'a reconnu en conférence de presse : c'est lui qui a souhaité que le Brésil annule sa candidature comme organisateur de la COP25. Selon le président élu, « la protection de l'environnement ne doit pas empêcher le développement du Brésil ».

    Durant la campagne électorale, Jair Bolsonaro s'est dit favorable à l'extension de l'agro-business et de l'industrie minière en Amazonie. Sa future ministre de l'Agriculture, Tereza Cristina, était jusqu'à récemment à la tête du groupe parlementaire qui soutient les grands propriétaires terriens.

    L'an dernier, la déforestation en Amazonie a encore augmenté massivement

    Le ministre des Affaires étrangères a affirmé que le Brésil renonçait à sa candidature en raison de « restrictions budgétaires ». Mais Ernesto Araujo, ultra-conservateur, est connu pour avoir qualifié le changement climatique de « dogme marxiste ». Il dit s'opposer à « l'alarmisme climatique ».

    Durant la campagne électorale, Jair Bolsonaro avait menacé de sortir de l'accord de Paris, avant de changer d'avis face aux critiques. Son ministre de l'Environnement n'a pas encore été nommé. L'année dernière, la déforestation en Amazonie a encore augmenté de plus de 13%.

    ►À relire : Face à la déforestation au Brésil, Greenpeace tire la sonnette d'alarme


    ■ Rapprochement avec les Etats-Unis en vue au Brésil

    Ce jeudi 29 novembre, le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, John Bolton, fera escale au Brésil pour rencontrer Jair Bolsonaro, avant de rallier Buenos Aires pour le G20. Ce sera la première rencontre entre le président élu et un haut responsable de la Maison Blanche. Une rencontre qui pourrait inaugurer une nouvelle relation entre le Brésil et les Etats-Unis.

    Tous les signes qui sortent actuellement du futur gouvernement vont plus ou moins dans le sens d'avoir des relations prioritaires avec les Etats-Unis
    Alfredo Valladão, professeur et spécialiste du Brésil à Sciences Po Paris 29/11/2018 - par Achim Lippold Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.