GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 16 Janvier
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Aujourd'hui
Lundi 21 Janvier
Mardi 22 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: deux morts dans un important incendie à Courchevel (préfecture)
    • Syrie: des «morts et des blessés» dans une «forte explosion» à Damas (ONG)
    • Yémen: la coalition menée par Riyad dit avoir «détruit» des sites de drones appartenant aux rebelles houthis dans la région de Sanaa
    • Tennis: la numéro deux mondiale Angelique Kerber a été éliminée en huitièmes de finale de l'Open d'Australie
    Amériques

    A la Une: la nouvelle politique américaine en Amérique Latine

    media Le président brésilien Jair Bolsonaro et John Bolton, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche lors de leur rencontre à Rio de Janeiro le 29 Novembre 2018. AFP/Jair Bolsonaro's Press Office/HO

    Alors que le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche John Bolton a rencontré ce matin à Rio de Janeiro le président brésilien élu Jair Bolsonaro, le New York Times critique la nouvelle diplomatie américaine en Amérique latine. C’est une stratégie qui ressemble à celle poursuivie par l’ancien président Ronald Reagan pendant la guerre froide, estime le journal. Selon un récent discours de John Bolton, il s’agit surtout d’augmenter la pression sur des autocrates de gauche à Cuba, à Nicaragua et au Venezuela.

    Une approche « punitive ».

    Mais d’après le New York Times, elles témoignent d’une vision très manichéenne de l’Amérique latine, une vision digne de la guerre froide et qui risque de diviser davantage la région. Autre chose préoccupante :  « alors que l’administration Trump prend pour cible les autocrates de gauche, elle se rapproche des dirigeants populistes d’extrême droite comme Jair Bolsonaro ». Une tendance critiquée également dans la presse brésilienne. « Nous n’avons jamais eu un président qui s’est autant soumis aux Etats-Unis que Jair Bolsonaro », écrit le site d’information Diario do centro do mundo.

    Quant aux sanctions prises par les Etats-Unis contre le Nicaragua, à l’encontre d’un conseiller et de la femme du président Daniel Ortega, Rosario Murillo, RFI a pu recueillir la réaction de l’ambassadrice nicaraguayenne en France. Ruth Tapia dans une interview accordée à Lucile Gimberg du service en espagnol de RFI, estime que les sanctions n’ont pas de quoi inquiéter les responsables politiques de son pays : « nous ne sommes pas des gens qui prennent de l’argent, nous ne cachons pas l’argent à l’étranger. Pour nous, il s’agit d’une propagande des Etats-Unis. Cela ne nous touche pas, car ils n’ont pas une once de la morale que nous avons nous », a déclaré l’ambassadrice du Nicaragua.

    Aux Etats-Unis, la prise en charge des maladies mentales en prison

    Le Washington Post consacre un reportage sur la difficile prise en charge des prisonniers américains qui souffrent de maladies mentales. Une loi oblige les prisons fédérales à faciliter la prise en charge médicale. Mais dans la réalité, cela ne se fait pas ou alors d’une manière très insuffisante. Le problème majeur, c’est le manque de personnel, admettent les autorités pénitentiaires, interrogées par le Washington Post.

    Un journaliste salvadorien vivant aux Etats-Unis depuis plus de 10 ans est menacé d’expulsion explique The Intercept. La police de Tennessee l’a arrêté en avril dernier alors qu’il couvrait pour son site d’information local une manifestation en faveur des droits civiques. D’après son avocate, les autorités américaines s’en prennent de plus en plus à ceux qui critiquent la politique d’immigration. Mais attention elle explique que si le gouvernement réprime les immigrants parce qu’ils exercent leurs droits au nom du premier amendement (qui garantit la liberté d’expression), ce sont les droits constitutionnels pour tous, qui sont en danger.

    Le Brésil renonce à l’organisation de la COP 25 

    Pour le journal en ligne Diario do centro do mondo, cette décision montre que le Brésil s’est effectivement soumis aux intérêts de « l’empire américain ». « Ce qui est sûr, c’est que le renoncement d’accueillir le sommet sur le climat provoque un malaise au sein des Nations unies, écrit le site d’information Terra ». L’organisation internationale doit à présent trouver un autre pays désireux de remplacer le Brésil. « En coulisse, poursuit Terra, personne n’est dupe. Personne ne croit que la décision soit motivée par les raisons budgétaires, comme l’affirment les autorités brésiliennes ». En réalité, explique un diplomate sous couvert d’anonymat, « cela donne une idée de la nouvelle stratégie du Brésil en matière d’environnement ». Un autre haut fonctionnaire de l’ONU ajoute : « jusqu’à présent, le Brésil avait une tradition d’honorer ses engagements internationaux. C’est la première fois que le pays rompt avec cette pratique ». À rappeler que le Brésil avait accueilli le premier grand sommet sur l’environnement et le développement, le sommet de la terrer à Rio, c’était en 1992.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.