GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Mexique: ce qui attend le nouveau président Andres Manuel Lopez Obrador

    media Le nouveau président du Mexique, Andres Manuel López Obrador, à Mexico le 19 octobre 2018. REUTERS/Daniel Becerril

    A 65 ans, Andres Manuel Lopez Obrador, surnommé AMLO, prend les rênes du Mexique ce samedi. Le nouveau président de gauche est attendu au tournant par les Mexicains, excédés par les scandales qui ont émaillé le mandat du président sortant, Enrique Peña Nieto.

    Andres Manuel Lopez Obrador, dit AMLO, hérite de plusieurs problèmes épineux. Il va devoir répondre aux fortes attentes sociales de ses électeurs tout en rassurant les marchés. Depuis les élections en juillet, l'incertitude autour de sa gestion des finances publiques a fait plonger le peso et la bourse mexicaine.

    Le nouveau président devra aussi s'attaquer à une violence croissante, souvent liée au trafic de drogue, tout comme à la corruption endémique, qui touche toute la classe politique, notamment le parti de son prédécesseur.

    Il veut réduire son salaire de moitié

    Décrit comme « tenace », celui qui aime se présenter comme un candidat « antisystème » se démarque déjà par sa manière de gouverner, à grand renfort de consultations populaires. Il a renoncé à occuper la résidence présidentielle de Los Pinos. Il entend aussi vendre l'avion présidentiel et réduire son salaire de moitié comme celui des hauts fonctionnaires.

    Autre inconnue : la relation qu'il entretiendra avec son puissant voisin du Nord. Dès le lendemain de sa prise de fonction, son ministre des Affaires étrangères a rendez-vous avec le secrétaire d'Etat américain pour évoquer le dossier des caravanes de migrants d'Amérique centrale, bloquées pour l'instant à Tijuana, à la frontière entre les deux pays. Donald Trump fait pression pour qu'AMLO autorise le maintien des demandeurs d'asile sur son sol, le temps que leur demande soit étudiée aux Etats-Unis.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.