GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Aujourd'hui
Jeudi 25 Avril
Vendredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Après la mort de George H.W. Bush, des hommages affluent du monde entier

    media L'ex-président George H.W. Bush rencontre des soldats koweïtiens lors d'un exercice militaire près de la frontière irako-koweïtienne, lors de la fête nationale koweïtienne et dix ans après la libération de l'occupation irakienne, le 25 février 2001. YASSER AL-ZAYYAT / AFP

    La présidence de George H. W. Bush, mort à 94 ans vendredi 30 novembre, aura été marqué par la fin de la guerre froide, l'intervention dans la Guerre du Golfe pour libérer le Koweït de l'invasion irakienne ou encore l'intervention au Panama contre le dictateur Manuel Noriega. Au lendemain de son décès, les hommages ont afflué du monde entier.

    L’actuel président Donald Trump a salué son « engagement en faveur de la foi, de la famille et de son pays ».Bill Clinton, qui lui a succédé à la Maison Blanche, a fait part de sa reconnaissance envers le 41e président des Etats-Unis, tandis que Barack Obama évoque un patriote et humble serviteur.

    L'émir du Koweït a loué les positions courageuses de George H. W. Bush envers son pays, et son rejet de l'invasion irakienne. Il a assuré que ses positions resteront gravées dans la mémoire du peuple koweïtien.

    Du côté des Européens, le président de la Commission Jean-Claude Juncker a assuré également ne pas oublier le rôle que le 41e président des États-Unis a joué pour « faire de l'Europe un lieu plus sûr et plus uni après la chute du mur de Berlin et du rideau de fer ».

    → A (RE)LIRE : George H.W. Bush: la mort du patriarche

    Le ministre allemand des Affaires étrangères évoque George Bush-père comme un architecte de l'unité allemande. Et Emmanuel Macron regrette un « grand dirigeant et un soutien sans faille de l'alliance avec l'Europe ».

    Le dernier dirigeant de l'Union soviétique Mikhail Gorbatchev rappelle la chance d'avoir pu travailler avec lui, à une époque d'énormes changements, qui « a débouché à la fin de la Guerre froide et de la course aux armements ».

    Le Dalaï-Lama a également envoyé un message de condoléances à George Bush fils. Son père avait été le premier président en exercice des États-Unis à rencontrer le guide spirituel tibétain malgré l'opposition de la Chine.

    → A (RE)LIRE : George H.W. Bush, président de transition dans un monde en transition

    Dans les rues du Koweït, l'annonce de la mort de George H. W. Bush résonne d'une manière particulière. C’est lui qui avait signé l'ordre d'engager l'opération « bouclier du désert » en 1990 pour contrer l'avancée des troupes irakiennes de Saddam Hussein au Koweït voisin, dans la Guerre du Golfe. Pour cela, la population koweïtienne admire encore George H. W. Bush.

    Selon Adnan Al-Abbar, professeur de physique à Koweït, ses compatriotes voient l'ex-président américain « comme un héros qui a aidé à libérer le Koweït. Beaucoup de gens aujourd'hui parlent de lui. Ils se souviennent des jours de l'invasion irakienne, comment les États-Unis nous ont aidés. Mais aussi comment l'Arabie saoudite, la France, le Royaume-Uni nous ont sauvés de cette violente invasion. »

    TEMOIGNAGE

    Les Irakiens ne voulaient pas simplement dominer le Koweït ; ils voulaient le détruire. En partant, ils ont bombardé les champs de pétrole, ils ont détruit les maisons, ils ont volé beaucoup de choses. Nous ne savons toujours pas où sont les corps d'une grande partie des personnes tuées pendant l'intervention. Je pense que les États-Unis ont toujours un rôle à jouer dans cette région, surtout qu'il y a beaucoup de forces dans la région qui ne sont pas très amicales avec nous, donc nous avons toujours besoin d'une relation forte avec les États-Unis.

    Adnan Al-Abbar, professeur de physique à Koweït, raconte l'admiration de la population koweïtienne pour George H. W. Bush 01/12/2018 - par Oriane Verdier Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.