GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Bolivie: Evo Morales autorisé à briguer un quatrième mandat

    media Le président bolivien Evo Morales à Mexico le 1er décembre 2018. REUTERS/Carlos Jasso

    En Bolivie, le Tribunal suprême électoral accorde à Evo Morales la possibilité de se présenter une quatrième fois à la présidentielle. L'opposition politique est vent debout et dénonce une atteinte à la démocratie. Huit candidatures ont été validées par le Tribunal suprême électoral pour une primaire au mois de janvier, mais la candidature d'Evo Morales fait d'ores et déjà face à une opposition virulente, qui appelle à des manifestations et une grève générale jeudi 5 décembre.

    La Constitution bolivienne n'autorise que deux mandats consécutifs, Evo Morales a déjà bénéficé en 2014 d'une faille constitutionnelle, lui permettant d'être élu une troisième fois, et pour se présenter l'année prochaine, le président bolivien du Mouvement pour le socialisme avait tenté en 2016 d'obtenir par référendum l'accord de sa population. Un reférendum auquel la Bolivie avait répondu « non ».

    Selon le Tribunal suprême électoral, Evo Morales a la possibilité de se présenter une quatrième fois consécutive, car la Convention américaine des droits de l'homme selon laquelle un chef d'Etat est éligible sans limite, prédomine.

    Opposition grandissante

    L'annonce du tribunal a été anticipée mardi soir, pour éviter de coïncider avec la grande manifestation et la grève générale prévue demain dans tout le pays. L'opposition est grandissante, une vingtaine d'organisations appelle à la mobilisation et des manifestants de toute la Bolivie marchent vers La Paz.

    Le candidat à la présidentielle, Carlos Mesa, deuxième dans les intentions de vote, dénonce « un coup mortel donné à la démocratie », et le leader d'Unité nationale, Samuel Doria Medina, appelle l'opposition politique à « s'unir pour faire face à la dictature ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.