GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • «Pas d'information sur un drone perdu aujourd'hui» par l'Iran (Zarif)
    • Catastrophes aériennes: Boeing provisionne 4,9 milliards de dollars en raison de l'immobilisation du 737 MAX
    • Les États-Unis ont abattu un drone iranien au-dessus du détroit d'Ormuz (Trump)
    • Juin 2019, mois de juin le plus chaud sur Terre depuis 140 ans (National Oceanic and Atmospheric Administration)
    Amériques

    Bolivie: manifestations contre la candidature d’Evo Morales à la présidentielle

    media Un manifestant s'est crucifié devant le Tribunal suprême électoral qui a autorisé au président Evo Morales de briguer un 4e mandat, à La Paz, le 5 décembre 2018. REUTERS/David Mercado

    De nouvelles manifestations se sont déroulées mercredi en Bolivie contre Evo Morales, le président. Les rues sont bloquées pour protester contre sa candidature à la prochaine présidentielle, l’an prochain. Une année électorale qui débute au milieu de très vives tensions.

    Avec notre correspondante à La Paz Alice Campaignolle

    Les rues de La Paz et de la plupart des villes du pays sont bloquées par des manifestants qui protestent contre une nouvelle candidature d’Evo Morales à la prochaine présidentielle.

    En octobre 2019 les Boliviens retourneront aux urnes pour élire un nouveau président. Ils avaient, en février 2016, dit « non » lors d’un référendumqui leur demandait si Evo Morales, l’actuel président, pouvait se présenter à un 4e mandat. Eh bien, pourtant le chef de l’Etat se représentera bien. Le Tribunal suprême électoral (TSE) vient d’approuver son inscription pour les primaires. Voilà ce qui a causé cette fois-ci la grogne des citoyens.

    « Une démocratie en danger », « Nous ne voulons pas vivre en dictature ». Voilà ce que l’on entend aujourd’hui dans les rues. Certains mêmes se sont crucifiés, au sol, devant le Tribunal suprême électoral.

    « Cette crucifixion est une méthode pour protester contre la décision du Tribunal électoral qui va à l’encontre et de la Constitution et de notre vote du 21 février 2016 », dit une manifestante.

    Le Mouvement pour le socialisme, le parti d’Evo Morales, fait la sourde oreille. Selon ses militants « le peuple réclame Evo ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.