GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Etats-Unis: Trump dévoile ses choix pour la Justice et pour l'ONU

    media L'immeuble du U.S. Justice Department (ministère de la Justice) à Washington. REUTERS/Yuri Gripas

    Donald Trump a confirmé ce vendredi deux importantes nominations. Celle de Heather Nauert, comme ambassadrice aux Nations unies, son nom circulait depuis l’annonce du départ de Nikki Haley. Ancienne journaliste à Fox News, elle est actuellement porte-parole du secrétaire d’Etat. Et celle de William Barr, comme ministre de la Justice. Si l’expérience de Heather Nauert est plus que limitée sur le plan diplomatique, William Barr lui est un juriste expérimenté.

    Avec notre correspondante à WashingtonAnne Corpet

    « William Barr est un juriste respecté par les républicains et les démocrates » a souligné Donald Trump en annonçant son choix. Avocat réputé, il avait déjà occupé le poste de ministre de la Justice sous la présidence de Georges H. W. Bush, qui vient d’être enterré.

    William Barr supervisera l’enquête sur les ingérences russes. Il connaît bien Robert Mueller : les deux hommes ont travaillé ensemble au début des années 1990. William Barr avait d’ailleurs approuvé la nomination du procureur spécial, mais déploré que son équipe ne soit pas plus équilibrée politiquement, ce qui suscite une certaine méfiance chez les démocrates. « Je demanderais à ce qu’il s’engage formellement à protéger l’enquête Mueller, et à opérer en toute indépendance de la Maison Blanche » a fait savoir un sénateur de l’opposition.

    C’est un conservateur pur souche et sa confirmation par le Sénat ne devrait pas poser de problème. William Barr a soutenu Donald Trump pendant la campagne présidentielle, s’est dit favorable au lancement de poursuites criminelles contre Hillary Clinton et défend un pouvoir présidentiel fort, capable d’agir sans contrôle du Congrès.

    Tout le monde a en tête la question de l’enquête russe. Trump en parle presque tous les jours, attaque le procureur spécial. Et normalement le ministre de la Justice doit superviser cette enquête. Jusqu’à maintenant, elle s’était déroulée sous la supervision du ministre de la Justice adjoint, Rod Rosenstein, qui l’avait laissé se déroulée de manière apparemment libre. Et là, il est clair qu’on arrive à un moment clef puisque arriverait, peut-être, des mises en examen de proches de Trump, voire de sa famille, comme son gendre. Donc effectivement, il y a sans doute ce désir cher Trump de pouvoir contrôler, voire mettre un terme à l’enquête d’une manière ou d’une autre.
    Simon Grivet maitre de conférences en histoire et civilisation américaine à l'Université de Lille 08/12/2018 - par Marie Normand Écouter

    L'absence de bagage diplomatique d'Heather Nauert

    Le choix d’Heather Nauert comme ambassadrice à l’ONU est, lui, plus controversé. Sa seule expérience diplomatique est d’être depuis un an porte-parole du département d’Etat. Elle n’a jamais été élue ni même candidate à un quelconque mandat.

    Avant d’arriver aux Affaires étrangères, Heather Nauert travaillait à Fox News, où elle animait l’émission préférée du président. Ce manque d’expérience risque de ralentir son processus de confirmation. Les démocrates ne manqueront pas de l’interroger sur ses compétences pour négocier d’égal à égal avec les diplomates chevronnés qui représentent les autres pays aux Nations unies.

    Heather Nauert, alors porte-parole du secrétaire d'Etat Mike Pompeo, le 18 octobre 2018. Brendan Smialowski/Pool via REUTERS

    La réussite à l'ONU d'Heather Nauert dépendra de sa capacité à nouer une relation solide avec le secrétaire général et ses homologues du conseil de sécurité, explique notre correspondante à New York, Marie Bourreau. Mais sans bagage diplomatique, beaucoup craignent qu'Heather Nauert ne prenne ses ordres directement auprès du conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, un critique féroce des Nations unies. Heather Nauert perd par ailleurs le titre de ministre dont disposait Nikki Haley. Sa nomination est donc largement vue depuis New York comme la marque du désintérêt profond de l'administration Trump pour l'organisation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.