GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: Maduro annonce six milliards de dollars d'investissements russes

    media Le président vénézuélien Nicolas Maduro, le 24 septembre 2018 à Caracas, lors d'une déclaration auprès de ses ministres. Miraflores Palace/Handout via REUTERS

    Le président vénézuélien Nicolas Maduro était en Russie cette semaine. Une visite de trois jours au cours de laquelle il a rencontré le président russe, Vladimir Poutine, et qui s’est conclue par la signature d’accords importants pour le Venezuela. Alors que son pays est rongé par une hyperinflation estimée à 1 370 000% en 2018, Nicolas Maduro a annoncé six milliards d’investissements russes dans les secteurs pétrolier et minier.

    Avec notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille

    Honni par une partie de la communauté internationale, Nicolas Maduro tente de mobiliser ses alliés à un mois du début de son deuxième mandat à la tête du Venezuela. Après avoir reçu son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à Caracas lundi, il s’est envolé pour Moscou. Une visite pour resserrer les liens, mais pas seulement : « Nous pouvons garantir un investissement dans le secteur pétrolier de plus de 5 milliards de dollars. Il va aussi y avoir une participation russe dans le secteur minier, surtout dans l’or, de plus d’un milliard de dollars. Enfin nous avons signé un contrat pour assurer tout l’approvisionnement de blé dont le Venezuela a besoin. »

    Avec ces contrats, la Russie s’impose comme un partenaire clef de la république bolivarienne. Au même titre que la Chine, pour qui Caracas a promis en septembre dernier d’accroître sa production de brut d’un million de barils par jour. Les deux pays sont d’ailleurs les principaux créanciers du Venezuela.

    Pour le pays, qui tire 96% de ses recettes de l’or noir, ce genre de contrats est essentiel : sa production de pétrole s’est effondrée en dix ans. Selon l’Opep, elle est passée de 3,2 millions barils par jour à un peu plus d’un million aujourd’hui.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.