GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 26 Mai
Lundi 27 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Le Pérou vote en faveur de réformes constitutionnelles anti-corruption

    media Le président péruvien Martin Vizcarra vote lors du référendum du 9 décembre 2018. Peruvian Presidency/Handout via REUTERS

    Les Péruviens ont approuvé dimanche 9 décembre par référendum l'interdiction de réélire les membres actuels du Congrès, l'une des quatre réformes constitutionnelles anti-corruption proposées par le président Martin Vizcarra.

    Selon des résultats officiels provisoires portant sur 55,69% des bulletins, les Péruviens ont voté à 78,34% l’interdiction de réélire les membres actuels du Congrès. Les 130 législateurs actuels se retrouveront donc sans emploi à l'issue de leur mandat actuel prévu le 28 juillet 2021.

    Deux autres réformes, sur le mode de désignation des juges et le financement des partis politiques, ont été approuvées, selon ces résultats provisoires. En revanche, les électeurs ont refusé de rétablir un système bicaméral, proposition initialement soutenue par le président Vizcarra qui s'était ensuite ravisé pour ne pas rogner les pouvoirs présidentiels.

    Les quatre derniers présidents dans le collimateur de la justice

    Ce référendum « marque le début d'un changement que nous souhaitons pour le Pérou et pour tous les Péruviens », a déclaré Martin Vizcarra à l'issue du scrutin. Ces résultats viennent soutenir la légitimité de cet ingénieur de 55 ans quasiment inconnu lorsqu'il a succédé à Pedro Pablo Kuczynski. Ce dernier, au pouvoir depuis 2016, avait démissionné fin mars, accusé d'avoir menti sur ses liens avec le géant brésilien du BTP Odebrecht, au cœur d'un vaste scandale de corruption qui ébranle une partie de la classe politique d'Amérique latine.

    Les quatre derniers présidents du pays sont dans le collimateur de la justice péruvienne dans ce scandale : outre Kuczynski, il s'agit d'Alejandro Toledo (2001-2006), Alan Garcia (1985-1990, 2006-2011) et Ollanta Humala (2011-2016).

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.