GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Mardi 25 Juin
Aujourd'hui
Jeudi 27 Juin
Vendredi 28 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: un «je t’aime, moi non plus» entre Jair Bolsonaro et Nicolas Maduro

    media Le président élu du Brésil Jair Bolsonaro. REUTERS/Ricardo Moraes

    Le président vénézuélien Nicolas Maduro n’est pas invité à l’investiture du président élu du Brésil, Jair Bolsonaro. C’est ce qu’a annoncé ce dimanche le futur ministre des Affaires étrangères brésilien, Ernesto Araujo, « par respect envers le peuple vénézuélien » selon ses mots. Au Venezuela, on affirme pourtant que le président a bien été invité, mais qu’il a refusé de s’y rendre.

    De notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille

    C’est le ministre des Affaires étrangères vénézuélien, Jorge Arreaza, qui a répondu sur Twitter. Deux messages : le premier affirme, documents à l’appui, que Nicolas Maduro avait pourtant bien été invité à cette investiture. Le deuxième est accompagné de la réponse officielle du président vénézuélien datée du 12 décembre. On peut y lire que, « le gouvernement socialiste, révolutionnaire et libre du Venezuela, n’assistera jamais à la prise de pouvoir d’un président qui est l’expression de l’intolérance et du fascisme ».

    Les relations Brésil-Venezuela ne devraient pas s'améliorer

    Depuis l’élection de Jair Bolsonaro, les deux hommes avaient pourtant fait preuve de retenue l’un envers l’autre. Mais ce refus d’inviter Nicolas Maduro confirme l’opposition farouche au régime chaviste que le futur président brésilien affichait pendant sa campagne. Les relations entre les deux pays, déjà tendues au sujet des dizaines de milliers de Vénézuéliens ayant passé la frontière, ne devraient donc pas s’améliorer.

    Nicolas Maduro, honni par la communauté internationale, reste plus que jamais isolé en Amérique latine. Il a d’ailleurs précisé que le futur chef d’Etat brésilien ne sera pas non plus invité à son investiture pour un deuxième mandat, le 10 janvier prochain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.