GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 22 Mars
Samedi 23 Mars
Dimanche 24 Mars
Lundi 25 Mars
Aujourd'hui
Mercredi 27 Mars
Jeudi 28 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Comores: Azali Assoumani réélu président dès le 1er tour selon la Céni avec 77% des voix ; l'opposition conteste le résultat
    Dernières infos
    Amériques

    Migrants: une Vénézuélienne au secours de ses compatriotes en Colombie

    media Des migrants vénézuéliens réunis dans le patio pour le déjeuner dans le refuge de Tunja. RFI/Najet Benrabaa

    Alors que le gouvernement tente de mettre en place un programme d'accueil et que les chiffres des migrants vénézuéliens ne cessent de croître (plus de deux millions), des maisons d'accueil éphémères ou solidaires à l'initiative de citoyens fournissent un peu d'aide. Pour le moment, malgré l'annonce du document Conpes, dont l'objectif est de faciliter l'accueil des Vénézuéliens, il n'existe pas encore de refuge officiel géré par une ONG ou institution. A Tunja près de la capitale Bogota, une Vénézuélienne a donc monté son propre refuge. Anny Uribe fait face aux difficultés et à la douleur de ses compatriotes. Chaque jour près de 200 migrants épuisés et détruits sont hébergés dans son refuge.

    De notre envoyée spéciale à Tunja (Colombie),

    De l'extérieur, rien ne fait penser à un refuge. Pourtant, à une cinquantaine de mètres de la gare routière de Tunja, une ville de 200 000 habitants, deux maisons collées l'une à l'autre accueillent des migrants vénézuéliens tous les jours. Pas de pancarte informative à l'entrée. Tout le monde connait le refuge pour Vénézuéliens. La direction travaille en collaboration avec la police présente dans la gare pour informer les migrants. En quelques mois d'existence, le bouche à oreille a multiplié par quatre la fréquentation du centre. Plus de 5 000 personnes y ont séjourné en cinq mois.

    Anny, une avocate à la poigne de fer

    Lorsque la directrice du refuge, Anny Uribe, a décidé d'ouvrir en juillet 2018, il n'y avait rien, pas même des couvertures ou des matelas. « La première nuit, on a eu une soixantaine de personnes, arrivées en moins d'une heure. On s'est débrouillé avec les moyens du bord, le temps de s'organiser. Je ne pouvais pas rester les bras croisés. Je suis Vénézuélienne et cela me fait mal de les voir souffrir. Chaque fois qu'un migrant arrive ici, j'ai l'impression de voir un neveu, un cousin, un membre de ma famille. J'ai laissé les miens là-bas. Ils sont trop âgés pour voyager. Ce refuge, c'est comme si je les accueillais. »

    Cette ancienne avocate de 49 ans exprime ces mots avec des larmes. Elle vivait au Venezuela avant de se retrouver bloquée en Colombie lorsque, durant un voyage d'affaire à Bogota, le gouvernement colombien bloque ses avoirs. La douleur est palpable dans son être tout comme pour l'ensemble de ses visiteurs. Anny raconte que le mois dernier, un bébé d'un mois et demi est décédé d'un choc respiratoire en arrivant au refuge. Une épreuve pour tous, elle, sa famille et ses 22 employés (d'anciens migrants vénézuéliens restés pour l'aider dans son projet solidaire).

    Malgré sa petite taille, Anny Uribe a du caractère. Tout le monde la respecte comme une mère. On l'appelle « la Doctora », en référence à sa carrière juridique. Attentive à chacun, Anny nous avoue qu'elle passe toutes ses journées au refuge. Dans son bureau, son sofa lui sert régulièrement de lit. « J'ai la responsabilité de ces familles. Alors, je fais marcher les relations pour vérifier que chaque personne qui entre ici n'a aucun antécédent judiciaire. A leur arrivée, on leur demande leur carte d'identité vénézuélienne. On les note dans un registre. Si les gens voyagent avec des mineurs, ils doivent présenter le certificat de naissance de l'enfant et les documents qui prouvent que ce sont ses parents. Quand les mineurs ou enfants arrivent seuls, on appelle l'institution de l'enfance “Bienestar” pour leur confier les mineurs. »

    Anny Uribe, la directrice du refuge de Tunja. RFI/Najet Benrabaa

    De nouveaux refuges en préparation

    Même si Anny Uribe affirme avoir des problèmes financiers pour payer l'ensemble des factures de son premier refuge. Elle s'active pour organiser la solidarité avec le soutien de la « Colonie Vénézuélienne de Colombie », un réseau d'anciens hommes politiques et dirigeants sociaux d'opposition du Venezuela. « On est en train de monter un réseau de volontaires, depuis Cucuta dans le nord, jusqu'à Pasto dans le sud. Le but est d'éviter la mort de Vénézuéliens sur la route. Je peux vous confirmer que plus de 300 Vénézuéliens sont morts, en 2018, sur la route pour se rendre en Equateur. On espère donc ouvrir 5 refuges à travers la Colombie en 2019. »

    Celui de Tunja est ouvert 24h sur 24, 7 jours sur 7. Chaque jour, il reçoit entre 140 et 200 personnes. Il permet aux Vénézuéliens de rester une nuit, de manger et de se laver. Un service d'infirmerie est mis à disposition et une boutique de vêtements si nécessaire. De son côté, les autorités tentent de gérer au cas par cas comme à Bogota, la capitale, où un campement de tentes a été installé dans le nord de la ville : 44 tentes pour 450 migrants sont installés depuis deux mois dans la gare routière.

    Arrivée de migrantes au refuge de Tunja. RFI/Najet Benrabaa
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.