GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Face à un Trump inflexible, les Etats-Unis se dirigent vers un «shutdown»

    media Une pièce du Congrès est préparée pour la fin de l'année et un éventuel shutdown, à Washington le 17 décembre 2018. REUTERS/Jonathan Ernst

    La paralysie des administrations fédérales est assurée d'intervenir à partir de vendredi 21 décembre à minuit (6h heure de Paris) aux Etats-Unis, après la suspension de séance à la Chambre des représentants sans avoir abouti à un compromis budgétaire. Le Sénat avait jusqu’à la dernière minute ce vendredi pour voter une rallonge budgétaire qui comprend les cinq milliards de dollars exigés par Donald Trump pour construire son mur à la frontière mexicaine. Mais le texte avait peu de chances de passer, car il devait être validé par une majorité de soixante voix. Le président américain a pesé de tout son poids afin d’obtenir le financement nécessaire à son mur.

    Pour éviter ce « shutdown » à l'échéance du 21 décembre au soir, il fallait que les deux chambres du Congrès et la Maison Blanche trouvent un accord sur le budget fédéral. Malgré d'ultimes tractations, ils ne sont pas parvenus à sortir de l'impasse autour du financement de la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique, l'une des principales promesses de campagne du président Donald Trump.

    Depuis les petites heures de vendredi 21 décembre, Donald Trump a tweeté avec frénésie et a rencontré les sénateurs républicains, rapporte notre correspondante à Washington, Anne Corpet. Il voulait obtenir du chef de la majorité au Sénat qu’il applique ce qu’il appelle « l’option nucléaire » pour faire voter cette rallonge budgétaire : l’emploi d’une procédure qui permet de faire passer le texte par une simple majorité de 51 voix au lieu des 60 normalement nécessaires. Mais cela n’était pas gagné et le président américain avait fait porter aux démocrates le poids d’une éventuelle fermeture partielle de l’administration.

    Il y a neuf jours, Donald Trump avait déclaré qu’il assumerait un « shutdown » - une paralysie de l’administration - si son mur n’était pas financé et qu’il en serait fier. Il avait assuré qu’il n’en attribuerait pas la responsabilité aux démocrates, mais ce 21 décembre au matin, il a dit exactement le contraire : « le shutdown est de la faute des démocrates » a-t-il tweeté, après avoir écrit que l’Amérique avait un besoin désespéré de ce mur à la frontière.

    Il faut dire que le président a reçu jeudi 20 décembre les responsables républicains de la Chambre des représentants et a réussi à les convaincre d’ajouter le financement du mur au texte initial à être voté par le Sénat. Une manœuvre habile qui lui a permis de remettre la balle dans le camp de la chambre basse et donc de désigner les démocrates comme seuls coupables d’un éventuel shutdown. Mais les démocrates eux récusent cette accusation et dénoncent l’entêtement de Donald Trump à réclamer cinq milliards de dollars pour cette promesse de campagne.


    Qu'est-ce que le « shutdown » ?

    Le « shutdown » (littéralement « fermeture ») est la paralysie des administrations fédérales aux États-Unis. Il intervient après un blocage politique, lorsque le Congrès et le président sont en désaccord sur le budget de l'État. Le gouvernement se retrouve à court d'argent et doit donc fermer des dizaines de services fédéraux. Jusqu'à 850 000 fonctionnaires peuvent être mis au chômage technique. Seules des fonctions jugées essentielles sont assurées, comme les soins médicaux, le contrôle aérien ou la sécurité des prisons.

    Le « shutdown » est un grand classique de la politique américaine. En 40 ans, il est intervenu une vingtaine de fois. Le plus long étant sous l'administration Clinton : 21 jours d'affilée. Le dernier en date, en février 2018, n'a duré que quelques heures, sous Donald Trump. Les sujets de discorde sont très variés, comme la réforme du système de santé qui l’avait provoqué, sous Obama. Ces paralysies des administrations fédérales coûtent à chaque fois des milliards de dollars à l'économie américaine.

    Il n’y a pas les votes au Sénat pour financer, avec l’argent du contribuable, un mur onéreux à la frontière. Donc président Trump, vous n’aurez pas votre mur. Abandonnez votre stratégie de la paralysie. Vous n’aurez pas votre mur aujourd’hui, vous ne l’aurez pas la semaine prochaine, ni le 3 janvier quand les démocrates prendront le contrôle de la Chambre (des représentants – NDLR). Il y a deux jours, le Sénat a soutenu une proposition du dirigeant républicain Mitch McConnell, à l'unanimité, pour prolonger le financement du gouvernement jusqu’en février, sans demandes partisanes. Cela aurait permis d’éviter la paralysie de l’administration. Nous avions toutes les indications que le président allait signer ce texte. Mais hier, président Trump, remonté par l’aile radicale de la droite dure, a piqué une nouvelle colère. Et voilà où nous en sommes, une fois de plus, à l’aube de ce que le président a déclaré depuis des mois vouloir: un shutdown à la Trump. Président Trump, c’est votre shutdown.

    «Président Trump, vous n’aurez pas votre mur», a lancé Chuck Schumer, le dirigeant de l’opposition démocrate au Sénat 21/12/2018 - par Anne Corpet Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.