GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le Mexique, future salle d’attente des demandeurs d’asile aux Etats-Unis

    media Des migrants centraméricains attendent une distribution de nourriture à Tijuana, le 20 décembre 2018. REUTERS/Mohammed Salem

    Le département de Sécurité intérieure des Etats-Unis a décidé de renvoyer au Mexique les migrants qui ont fait une demande d’asile, le temps que leur dossier soit examiné par les autorités américaines.

    Avec notre correspondant à Mexico, Patrick John Buffe

    Une fois reçue la notification des Etats-Unis, le Mexique a réagi immédiatement et positivement. Le ministère des Affaires étrangères mexicain a déclaré que son pays acceptait d’accueillir ces migrants qui ont déposé une demande d’asile aux Etats-Unis, où ils sont entrés de manière clandestine ou même légale. Sont concernés ceux qui ont eu un entretien avec les autorités migratoires américaines et qui attendent une décision des tribunaux leur accordant ou non le droit de vivre aux Etats-Unis.

    Cette mesure aurait pour but d’éviter que ces requérants d’asile se volatilisent sur le sol américain.

    Pour tous ces migrants, le Mexique va ainsi devenir une grande salle d’attente où ils vont passer des semaines ou des mois, jusqu’à ce que leur dossier ait été traité par les Etats-Unis. Les autorités mexicaines vont donc leur octroyer un visa humanitaire et un permis de travail.

    La question se pose alors de savoir si les Etats-Unis ont mis le Mexique devant le fait accompli ou s’il y a eu un accord entre le gouvernement du président Lopez Obrador et l’administration Trump. Le gouvernement mexicain ne s’est pas prononcé sur la question. Mais il a reconnu qu’il y aurait une collaboration entre les deux pays pour mettre en œuvre ces mesures.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.