GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 16 Juin
Lundi 17 Juin
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
Aujourd'hui
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    L'Iran déclare avoir abattu un drone américain sur son territoire (TV)
    Dernières infos
    • La Banque du Japon opte sans surprise pour le statu quo monétaire
    • Le président chinois Xi Jinping est arrivé en Corée du Nord (TV chinoise)
    • Le président chinois Xi Jinping est parti pour la Corée du Nord (TV chinoise)
    • Crash du vol MH17: la Russie doit s'assurer que «justice» sera rendue (Pompeo)
    • Disparition de Philippe «Zdar», du duo électro français Cassius (agent)
    Amériques

    Mur avec le Mexique: les Etats-Unis dans l'impasse du «shutdown»

    media Un prototype du mur anti-migrants à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, à Tijuana le 26 octobre 2016. REUTERS/Jorge Duenes

    Le « shutdown » frappe les Etats-Unis depuis ce samedi 22 décembre. En cause, l’impasse autour du financement du mur à la frontière avec le Mexique. Donald Trump compte bien honorer cette promesse de campagne, mais se heurte au refus persistant des démocrates.

    Le feuilleton dure depuis la campagne présidentielle de 2016 et l’obsession de Donald Trump de stopper l’immigration massive aux Etats-Unis. La construction d’un mur à la frontière avec le Mexique hante toujours l’esprit de l’actuel président. Il faut dire que 78 % de ses électeurs tiennent à cette promesse de campagne.

    Cinq milliards réclamés par Trump pour le mur

    Pourtant le projet du président est contrarié par le Congrès. Cette mesure sécuritaire, d’abord vue comme farfelue, est devenue le point d’orgue de l’affrontement entre républicains et démocrates.

    Le président américain réclame une enveloppe de 5 milliards de dollars. Les démocrates, en nombre suffisant au Sénat, s’y opposent fermement. La construction totale pourrait coûter plus de 25 milliards de dollars. Résultat : « le shutdown », l’administration se trouve en partie paralysée alors que 400 000 fonctionnaires sont concernés.

    Le président et les démocrates toujours en négociation

    Alors que l'administration est bloquée, le président américain annonce sur Twitter : « Nous négocions avec les démocrates sur la sécurité aux frontières dont nous avons absolument besoin (gangs, drogues, trafic d'êtres humains et plus) mais ça pourrait durer longtemps. »

    Une marge de négociations semble en effet exister si, à défaut des 5 milliards, un montant substantiel est consacré à la sécurité aux frontières. Le sénateur républicain James Lankford s'est montré optimiste samedi matin. Ce shutdown « sera court », car les deux camps ne sont « pas si éloignés », a-t-il dit sur Fox News.

    Mais dans l'après-midi, le Sénat a suspendu les discussions et a reporté les négociations au-delà de Noël, reconnaissant de fait l'échec des tractations entre la Maison Blanche et le Congrès. La question se pose aujourd'hui de savoir ce que le président serait prêt à accepter, même si le calendrier ne lui est pas favorable, souligne notre correspondant à New York, Grégoire Pourtier.

    Les démocrates, très remontés, récupéreront la majorité à la Chambre début janvier, et en attendant, ce sont les congés de fin d’année, beaucoup d’élus sont rentrés chez eux, tout en sachant qu’ils peuvent être convoqués à tout moment.

    En attendant, la décision du président d’annuler ses congés dans sa résidence de Mar-a-Lago interpelle. La première dame est elle-même revenue de Floride pour passer Noël en famille.

    Mais en fait, on ne sait pas s’il va pouvoir mettre à profit ce temps à Washington, car la capitale fédérale a été désertée. En revanche, frustré et reclus dans ce cadre qu’il déteste, il se pourrait qu’il passe ses nerfs sur Twitter, comme on en a eu un aperçu hier. Et évidemment, cela ne risque pas de faciliter la reprise des négociations.


    ■ Conséquences

    Il s’agit cette fois-ci d’un « shutdown » partiel. Certaines administrations fédérales ferment, mais pas celles dont les budgets ont déjà été financés. Des ministères aussi importants que la Sécurité intérieure, la Justice, les Transports ou le Trésor resteront portes closes. Au total un tiers des fonctionnaires, soit 800 000 agents fédéraux sont concernés. La moitié devra restée à la maison, en congé sans solde, l'autre moitié travaillera et ne touchera un salaire que lorsqu'un accord pour sortir du shutdown sera trouvé.

    Les ministères ne sont pas les seuls touchés, il y aussi les monuments et les parcs nationaux. Les parcs resteront ouverts, mais avec des activités possiblement réduites. La célèbre Statue de la Liberté, elle, pourra accueillir des visiteurs grâce au financement de l'Etat de New York.

    Durant ce « shutdown », les administrations jugées essentielles continueront de fonctionner normalement : la météo nationale, la sécurité des prisons ou le contrôle aérien. Les vols aux Etats-Unis seront bien assurés, en cette période de fêtes de Noël.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.