GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Au moins sept pays de l'UE concernés par le fichage de Monsanto, selon Bayer
    Amériques

    Pérou: face à la rue, l'obstination du procureur Pedro Chávarry

    media «Pedro Chávarry dehors», peut-on lire sur cette affiche lors d'une manifestation à Lima, le 3 janvier 2019. ERNESTO BENAVIDES / AFP

    A Lima, le procureur général péruvien refuse toujours de démissionner. La crise au sein du ministère public menace donc de s'aggraver et retarde l'enquête autour du scandale Odebrecht.

    Avec notre correspondant à Lima,  Eric Samson

    Après moi le déluge: c'est un peu la sensation que provoque l'obstination du procureur général Pedro Chávarry à se maintenir à son poste. Après cinq jours de manifestations populaires réclamant sa démission dans tout le pays, Chávarry n'a pas répondu à l'appel des principaux procureurs du parquet, qui lui demandaient de partir.

    Beaucoup estiment que Chávarry attend désormais le résultat de l'examen par le Congrès du projet de loi présidentiel déclarant l'état d'urgence au sein du ministère public. S'il est adopté, le texte permettrait la révocation des principaux procureurs du parquet, dont Pedro Chávarry, et leur remplacement par leurs suppléants.

    Premiers interrogatoires retardés dans l'affaire Odebrecht

    Chávarry entraînerait donc ses collègues dans sa chute, au risque de retarder les enquêtes actuellement en cours. C'est d'ailleurs le cas de celle qui vise les agissements de l'entreprise de travaux publics brésilienne Odebrecht. Prévue pour le 11 janvier, la signature d'un accord entre la justice péruvienne et Odebrecht a été repoussée.

    En échange de peines réduites, les dirigeants d'Odebrecht avaient promis de donner les preuves de paiements de pots-de-vin à quatre anciens présidents de la République et à la leader de l'opposition Keiko Fujimori. Les premiers interrogatoires, prévus pour le 14 janvier, ont eux aussi été retardés, sans doute jusqu'au début du mois de février.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.