GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Mai
Jeudi 16 Mai
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Aujourd'hui
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    «Shutdown»: emplois menacés et touristes désabusés

    media Les pandas du zoo de Washington ne reçoivent plus aucune visite, le zoo étant fermé ç cause du «shutdown». REUTERS/Kevin Lamarque

    Donald Trump a déclaré ce vendredi que le shutdown pourrait durer des mois. Démocrates et républicains ne parviennent pas à se mettre d’accord sur le budget, car l’opposition désormais majoritaire à la Chambre refuse de financer le mur à la frontière exigé par le président. Cela fait maintenant deux semaines que l’administration tourne au ralenti. A Washington, tous les grands musées nationaux et le zoo ont désormais fermé leurs portes. Reportage.

    Avec notre correspondante à WashingtonAnne Corpet

    Carry et John avaient deux objectifs pour leur visite à Washington : voir les magnifiques tableaux de la galerie nationale et observer le panda géant qui séjourne au zoo. Mais le « shutdown » a contrecarré leurs projets. Carry se retrouve bras ballants devant les grilles du zoo qui sont fermées.

    « Je suis venue de l’Ohio, le voyage nous a pris du temps et tout est fermé, donc c’est plutôt décevant » explique Carry. « J’avais complètement oublié que la paralysie de l’administration était encore en cours, tous les sites culturels sont fermés. C’est une perte complète de temps et d’argent pour ceux qui viennent visiter Washington » renchérit John.

    Face au zoo, Alex attend le client dans sa friterie désespérément vide. Il risque bien d’être une victime collatérale du shutdown : « Quand le zoo est fermé, les affaires ne marchent pas, personne ne vient, il n’y a pas de client. Le patron m’a dit qu’il allait peut-être me congédier, car il n’a plus d’argent pour payer les salaires. »

    A cause de la paralysie partielle du gouvernement, 800 000 fonctionnaires travaillent sans être payés ou sont contraints de rester chez eux. Et des milliers d’emplois du secteur privé sont également menacés.


    Trump: «Le shutdown pourrait durer des mois, ou même des années»

    Avec notre correspondant à New YorkGrégoire Pourtier

    Donald Trump a reçu vendredi les dirigeants du Congrès mais les divergences sur la construction du mur à la frontière mexicaine sont toujours aussi profondes.

    En sortant de la Maison Blanche, les élus démocrates ne semblaient pas très optimistes. Eux proposent d’en finir avec le blocage de l’administration, pour redémarrer ensuite une négociation de fond sur la protection de la frontière américaine, voire sur l’immigration en général. Mais Donald Trump n’en démord pas, le shutdown perdurera tant qu’il n’aura pas le financement pour son mur. Bravade présidentielle : il est prêt à en découdre pendant « des mois, ou même des années ». Il a toutefois aussi évoqué une autre option, radicale : débloquer les fonds nécessaires en contournant le Congrès.

    « On pourrait tout à fait décréter l’urgence nationale au nom de la sécurité de notre pays. Je ne l’ai pas encore fait, je pourrais le faire… Je pourrais le faire ! On décréterait l’urgence nationale et on construirait donc très vite le mur, c’est une possibilité. Mais si on peut aboutir grâce à une négociation, il faut se donner cette chance. »

    Des émissaires des deux camps doivent poursuivre les discussions ce week-end.
    Mais jusqu’à présent, personne n’a voulu faire la moindre concession. La bataille est affaire de conviction, sans doute, mais aussi de stratégie et d’orgueil, d’autant que chacun semble persuadé d’avoir l’opinion publique de son côté.

    Alors quelle porte de sortie ? Faut-il que l’un des deux camps mette l’autre KO ?
    Ces dernières heures, on évoque la possibilité de remettre sur le tapis l’avenir d’un programme sur les jeunes clandestins, enterré par Donald Trump. Cela pourrait servir de levier pour trouver un compromis. Cela pourrait aussi encore élargir le fossé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.