GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: prestation de serment de Maduro devant le TSJ

    media Le président Nicolas Maduro lors d'une conférence de presse au palais de Miraflores, à Caracas, le 12 décembre 2018. REUTERS/Marco Bello

    Au Venezuela, le président Nicolas Maduro prêtera serment jeudi 10 janvier pour son deuxième mandat. Cette prise de pouvoir ne se fera pas, comme l'exige la Constitution, devant l'Assemblée nationale vénézuélienne, mais devant le Tribunal suprême de justice (TSJ). C'est ce qu'a annoncé ce week-end Diosdado Cabello, président de l'Assemblée nationale constituante, l'un des hauts dirigeants socialistes du pays.

    A quelques jours de la prestation de serment de Nicolas Maduro pour un deuxième mandat à la tête du Venezuela, les tensions montent entre le régime socialiste d'un côté, l'opposition et une partie de la communauté internationale de l'autre.

    Samedi 5 janvier, l'Assemblée nationale vénézuélienne, où l'opposition est majoritaire, a déclaré illégitime le deuxième mandat de Nicolas Maduro. Le président a été réélu le 20 mai à l'issue d'un scrutin contesté. Les élus de l'opposition au sein du Parlement ont promis aux Vénézuéliens vouloir réussir l'instauration d'un gouvernement de transition et l'organisation d'élections libres et transparentes.

    Avec une majorité de parlementaires ouvertement hostiles au chef de l'Etat, la prestation de serment de Nicolas Maduro dans l'hémicycle n'est pas envisageable. Diosdado Cabello contre-attaque : « L'Assemblée nationale manque de légitimité, c'est pourquoi le chef de l'Etat prêtera serment devant le Tribunal suprême de justice », a estimé le numéro 2 du régime vénézuélien.

    C'est justement cette plus haute juridiction du Venezuela, réputée être acquise à la cause socialiste, qui avait limité en 2016 les pouvoirs du Parlement. Depuis, le Tribunal a déclaré nulle chaque décision prise par les élus de l'Assemblée nationale.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.