Réécouter
Chronique de Mamane
Ruissellement
Mamane.
 
GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Janvier
Dimanche 13 Janvier
Lundi 14 Janvier
Mardi 15 Janvier
Aujourd'hui
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le Dakar 2019 en escale à Pisco, ville toujours marquée par le séisme de 2007

    media  
    Les décombres de l'église San Clemente détruite par le séisme le 15 août … Les décombres de l'église San Clemente détruite par le séisme le 15 août 2007 à Pisco, au Pérou. (Photo : AFP)

    Déja double vainqueur du rallye Dakar, le Qatarien Nasser al-Attiyah a remporté la première étape de l'édition 2019 entre Lima et Pisco. Le bivouac de la course s'est installé à 25 kilomètres de cette ville de la région d'Ica, encore marquée par le tremblement de terre du 15 août 2007, qui avait provoqué la mort de près de 600 personnes. Depuis, la reconstruction a bien avancé. Reportage.

    Avec notre envoyé spécial à Pisco,  Eric Samson

    Dakar oblige, il est difficile ces jours-ci de trouver une chambre à moins de 30, 40 voire 50 dollars à Pisco. C'est trois fois plus que d'habitude, regrette Ruben, un fanatique de motos qui a roulé 350 kilomètres depuis Huancayo pour voir les bolides du célèbre rallye-raid. « La nuit dernière, dit-il, on a dormi sur une plage dans une tente. Aujourd'hui, si les prix ne baissent pas, on ira encore au bord de la mer. Les prix ont trop augmenté et il y a peu d'hôtels. »

    Jaime Nuñez vit sur place depuis vingt ans. Même s'il est encore difficile de trouver un travail stable dans la ville, il considère que Pisco est sur la voie de la récupération. « La reconstruction a été lente, explique-t-il. Ces dernières années, les services de base ont été rétablis : eau potable, égoût et électricité. La ville s'est beaucoup modernisée, mais il y a encore des familles marginalisées. »

    Célia, par exemple, vit toujours dans un module, ces « cubes » de bois offerts après le séisme et qui étaient censés rester provisoires. « L'armée m'a donné une petite maison en bois, et le conseil municipal une autre. Je vis toujours dedans, car je n'ai pas d'argent pour construire », confie-t-elle. Comme beaucoup d'habitants, Celia va voir passer le Dakar de loin, dans une ville qui récupère lentement de ses années de dépression post-tremblement de terre.

    → Réécouter sur RFI : La reconstruction de Pisco, six ans après

    Pisco, le 17 août 2007. AFP PHOTO/MINISTERIO DEL INTERIOR

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.