GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 26 Avril
Samedi 27 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Tania Diaz: au Venezuela, «nous devons avancer vers un Etat plus révolutionnaire»

    media Tania Diaz en 2016, lors d'une session extraordinaire de l'Assemblée nationale à Caracas. FEDERICO PARRA / AFP

    Le président vénézuélien Nicolas Maduro va prêter serment ce jeudi 10 janvier pour un second mandat consécutif à la tête de la République bolivarienne du Venezuela. Le pays est plongé dans une crise économique sans précédent, couplé à une crise migratoire et politique. Près de quatre millions de Vénézuéliens auraient en effet fui le pays. De nombreux pays remettent en question la légitimité de Nicolas Maduro, élu lors d’un scrutin qui ne respectait pas les critères démocratiques de base selon eux. Le Venezuela est de plus en plus isolé tant au niveau régional qu’au niveau mondial. Seuls Cuba, la Russie, l’Iran, la Syrie ou encore la Corée du Nord affichent encore leur soutien à un régime vacillant. Tania Diaz, première vice-présidente de l’Assemblée constituante vénézuélienne, répond aux questions de RFI.

    RFI : Le président Nicolas Maduro va entamer ce jeudi son second mandat à la tête de la République vénézuélienne après avoir prêté serment devant le Tribunal suprême de justice. Mais sa légitimité est remise en question par une bonne partie de la communauté internationale, ainsi que par divers secteurs de la société vénézuélienne. Que leur répondez-vous ?

    Tania Diaz : En tant que première vice-présidente de l’Assemblée constituante, je dois m’en tenir à ce que dit la Constitution de la République bolivarienne du Venezuela. Le président Nicolas Maduro a été élu avec la majorité du vote populaire. Au Venezuela, on respecte les règles en vigueur, on respecte la Constitution. Ce scrutin a bénéficié de la participation de divers partis, dont l’opposition – il y avait quatre candidats lors de ce scrutin-  et Nicolas Maduro a obtenu plus de 67% des voix, raison pour laquelle il doit prêter serment Concernant la question de sa légitimité posée par une grande partie de la communauté internationale, je pense qu’il faudrait d’abord savoir ce que l’on entend par « communauté internationale ».

    Pour l’instant on assiste à la prise de position d’un groupe qui se fait appeler le Groupe de Lima, qui n’est rien d’autre qu’un ensemble de gouvernements qui sont d’ailleurs discrédités dans leurs propres pays. Comme ils ne sont pas parvenus au niveau de l’OEA (l’Organisation des Etats d’Amérique) à faire passer des sanctions contre le Venezuela (l’activation de la charte démocratique interaméricaine de l’OEA), ils ont décidé de créer un groupe afin de s’en prendre au Venezuela. Pour moi, il ne s’agit pas de la « communauté internationale ». Ce n’est qu’un conglomérat de gouvernements de droite qui parle du Venezuela et qui n’a aucun lien avec des institutions internationales ou la vraie communauté des Nations. Personne, aucun pays, ni aucun gouvernement étranger (et j’imagine que c’est la même chose en France) ne peut remettre en question la légitimité du président du Venezuela. Seul le peuple vénézuélien a le droit de remettre en cause cette légitimité. Un peuple qui a élu Nicolas Maduro à deux reprises et qui en le choisissant, a décidé de poursuivre avec le plan de gouvernance mis en place par le commandant Hugo Chavez lors de sa dernière élection. Ce choix a été validé à l’occasion d’élections libres, démocratiques, ouvertes et légitimes par les Vénézuéliens et les Vénézuéliennes.

    Je pense que ces attaques de la part de ces gouvernements s’inscrivent dans une stratégie qui vise à faire vaciller les institutions vénézuéliennes, pas seulement le président Nicolas Maduro, et dont le but final est d’intervenir dans le pays pour piller les immenses réserves en minerais du Venezuela. Ce pays est la première puissance pétrolière au monde, il dispose d’une réserve de 300 milliards de barils, c’est-à-dire du pétrole pour encore 300 ans. C’est aussi le cinquième pays en matière de réserve de gaz, le deuxième pour l’or, il y a de tout, des terres cultivables, de l’eau, du fer, des diamants. C’est ce qui explique ces attaques de la part de ces gouvernements.

    RFI : Mais il n’y a pas que le Groupe de Lima. Cette semaine encore par exemple, l’Union européenne a réclamé l’organisation d’élections « libres et justes » au Venezuela estimant que celle qui a permis à Nicolas Maduro d’être élu pour un second mandat n’était pas « crédible » ?

    C’est la même chose que les pays du Groupe de Lima ou que n’importe quel autre pays qui refuserait de reconnaître un scrutin que nous, Vénézuéliens, avons reconnu. C’est de l’ingérence ! Il s’agit d’ingérence dans les affaires internes d’une autre nation, ce qui contrevient à ce qui est stipulé dans la charte des Nations unies que ce soit pour le Venezuela ou n’importe quel autre pays du monde. Le président vénézuélien a tout de même obtenu  un pourcentage de vote bien plus important que le président français. En ce moment les Français sont dans les rues, en train de manifester pour des raisons légitimes. La ville lumière qu’est Paris est à l’heure actuelle déstabilisée. On voit des scènes de violence, des personnes arrêtées, une répression de la part des forces de l’ordre et personne ne dit qu’Emmanuel Macron doit quitter la présidence. Expliquez-moi la différence ? Pourquoi permettrait-on aux Français de choisir leur destin et au Venezuela on essayerait de nous mettre d’une certaine manière sous tutelle ? Ici, nous avons connu l’indépendance, dirigée par Simon Bolivar qui a libéré cinq pays de ce continent. Personne n’a le droit de remettre en cause ce qui se passe au Venezuela. C’est ce que l’on appelle de l’ingérence. Il s’agit d’attaques contre notre pays pour venir nous piller, c’est de l’impérialisme, peu importe d’où cela provient.

    Quelles sont les attentes de l’Assemblée constituante pour ce second mandat du président Nicolas Maduro ?

    Tout d’abord nous attendons du respect. Que l’on respecte la souveraineté du Venezuela. Que l’on respecte le droit des Vénézuéliens à choisir le gouvernement qui nous convienne, celui que l’on souhaite. Qu’on respecte les lois de la République. Que l’on respecte la citoyenneté vénézuélienne au Venezuela ou dans n’importe quelle autre partie du monde. Car nous sommes victimes de harcèlement, de xénophobie, fruit d’une campagne que les pouvoirs factices mondiaux ont menée contre nous pour mettre la main sur les 300 milliards de barils de pétrole dont nous disposons. C’est ce qu’ils ont fait en Libye, c’est ce qu’ils sont en train de faire en Syrie. Voilà pourquoi ils tentent de déclencher une guerre au Venezuela. Quelle est la première option de cette Assemblée constituante : garantir la paix. C’est ce à quoi nous nous attelons depuis le début. Ensuite, nous allons suivre le « Plan de la Patrie », un programme pour un rétablissement de l’économie qui a été lancé l’année dernière par Nicolas Maduro. Un programme qui est en cours de développement et dont on va commencer à récolter les bénéfices cette année. Nous devons mettre en œuvre une planification de l’économie alors que nous sommes assiégés.

    Je veux que les auditeurs européens comprennent que la situation économique au Venezuela est une conséquence des directives prises par Barack Obama et qui ont été maintenues par Donald Trump. Il y a par exemple des laboratoires pharmaceutiques qui refusent de nous vendre des médicaments parce que nous sommes sanctionnés par les Etats-Unis, ou encore des intermédiaires financiers qui ont confisqué de l’argent public vénézuélien (1,3 milliard de dollars par exemple confisqués par Euroclear). Des sommes destinées à l’achat de produits de première nécessité et de médicaments pour le peuple vénézuélien qui ont été confisquées, pour ne pas dire volées. C’est de l’argent public vénézuélien ! Autre exemple : une banque anglaise refuse de nous rendre l’or vénézuélien pour les mêmes raisons. Vous voyez : cette crise n’est pas le fruit d’une mauvaise gestion, mais la conséquence d’un blocage commercial et financier contre la République bolivarienne du Venezuela et contre son peuple. C’est une crise économique contre le peuple vénézuélien ! En agissant de la sorte, ils nous empêchent d’accéder au bien-être social que nous avions atteint durant la Révolution bolivarienne. Hugo Chavez a permis à des millions de Vénézuéliens de sortir de la pauvreté. Il leur a donné accès à une éducation totalement gratuite, à un système de santé gratuit. Et tout cela est bloqué en ce moment à cause du harcèlement dont nous sommes victimes, et des sanctions. C’est l’un des autres défis qui nous attendent. Nous disposons des moyens pour y parvenir. Nous avons un peuple formé, une jeunesse universitaire formée et nous avons également des alliés dans le monde, car la communauté internationale ne se résume pas à l’Union européenne et au Groupe de Lima. Enfin, nous avons aussi pour mission de transformer l’Etat, nous devons avancer vers un Etat plus révolutionnaire, mettre en œuvre un nouveau cadre législatif et rédiger une nouvelle Constitution. Voilà les défis qui nous attendent pour ce second mandat.

    ■Pour aller plus loin

    L'Assemblée constituante au Vénezuela, qu'est ce que c'est ?

    L’Assemblée nationale constituante vénézuélienne a été formée en 2017 suite aux élections du 30 juillet, auxquelles n’ont pas participé les formations de l'opposition (majoritaire à l’Assemblée nationale). Cette Assemblée constituante s'est arrogé les pouvoirs législatifs, aux dépens de l'Assemblée nationale. Ses travaux sont prévus pour durer deux ans et aboutir à une nouvelle Constitution qui devra être approuvée par référendum à une date qui reste à déterminer.

    Qui compose le Groupe de Lima ?

    Le « Groupe de Lima » est un organe multilatéral qui a été créé suite à la Déclaration de Lima du 8 août 2017 où des représentants de douze pays se sont rencontrés afin de trouver une issue pacifique à la crise au Venezuela (ce groupe rassemble l’Argentine, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Mexique, Panama, le Paraguay et le Pérou). A l'exception du Mexique, les pays formant le Groupe de Lima ont confirmé vendredi 4 janvier 2019 qu'ils ne reconnaîtront pas le nouveau mandat de Nicolás Maduro.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.