GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    La nouvelle stratégie antimissile de Donald Trump

    media Le président américain lors de l'annonce de la nouvelle stratégie antimissile destinée à protéger les Etats-Unis, le 17 janvier 2019. REUTERS/Kevin Lamarque

    Le président américain a présenté jeudi sa nouvelle stratégie de défense antimissile. Un dispositif censé répondre à la menace venue d’Iran et de Corée du Nord.

    Avec notre correspondant aux Etats-Unis, Eric de Salve

    « Dans une période de menace en évolution constante, nous devons nous assurer que nos capacités de défense sont sans égales », a déclaré Donald Trump jeudi, pour présenter la nouvelle stratégie antimissile américaine au Pentagone.

    La précédente datait de 2010 et se focalisait sur des missiles intercontinentaux tirés par une grande puissance telle que la Russie ou la Chine. Désormais, les Etats-Unis se concentrent sur des armements moins sophistiqués qui pourraient venir d’Iran ou de Corée du Nord, un ennemi qui selon le Pentagone « continue de représenter une menace extraordinaire ».

    Missile hypersonique

    Washington chercherait à détruire ces missiles plus tôt, dès leur phase de lancement et plus seulement d’approche avec des intercepteurs basés en Alaska et en Californie. Pour ce faire, deux modes opératoires sont envisagés : soit à l’aide d’un chasseur F-35, soit avec des drones équipés de laser antimissile.

    Mais les Etats-Unis sont en retard face la nouvelle technologie dont disposent déjà les Chinois et les Russes : le missile hypersonique. Un vecteur manœuvrable capable d’atteindre 5 000 km/h, et donc quasiment impossible à stopper. Pour contrer cette arme dernier cri, le Pentagone envisage de quitter la Terre avec un système d’interception depuis l’espace, voire de drone tireur en orbite. Mais dont les premiers tests ne seront pas réalisés avant 2022.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.