GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Janvier
Samedi 18 Janvier
Dimanche 19 Janvier
Lundi 20 Janvier
Aujourd'hui
Mercredi 22 Janvier
Jeudi 23 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Virus: la Chine annonce une quatrième mort
    Amériques

    Explosion d’un oléoduc au Mexique: l’armée et la stratégie d'Obrador en cause?

    media Lopez Obrador ici à Mexico, le 14 novembre 2018. REUTERS/Henry Romero

    Deux jours après l'explosion et l'incendie d'un oléoduc au Mexique qui a fait au moins 85 morts et 58 blessés, la polémique enfle. La tragédie aurait-elle pu être évitée si les soldats présents sur place étaient intervenus ? Voilà l'une des questions qui taraudent l'opinion mexicaine ces derniers jours. La gestion de l'armée et la stratégie du président Obrador sont profondément mises en cause.

    Quand vendredi dernier 18 janvier l'oléoduc de Tlahuelilpan explose, cela fait déjà deux heures que l'armée a localisé la fuite.

    Deux heures pendant lesquelles 800 personnes vont venir siphonner l'essence, sous le regard de 25 soldats, qui selon plusieurs témoignages ne sont pas intervenus autrement qu'en prévenant les gens des risques encourus.

    Le président Lopez Obrador a préféré arrondir les angles : « Je soutiens totalement le comportement de l’armée. Beaucoup de gens disent que les soldats auraient dû réprimer les gens, mais non, on n'éteint pas un feu avec plus de braises, il faut des solutions de fond. »

    Depuis deux semaines, plusieurs oléoducs ont ainsi été fermés pour éviter les vols, ce qui a provoqué une pénurie de carburant, et donc poussé les gens à perforer encore plus de pipelines pour se ravitailler.

    Sauf qu'en face, l'armée manque cruellement de moyens : seuls 5 000 soldats sont déployés aujourd'hui pour surveiller un réseau d'oléoduc de 54 000 kilomètres.

    Le nouveau procureur général du pays, Alejandro Gertz, a été chargé de l'enquête. Il a en tout cas rappelé que le vol de carburant est punissable de 20 à 30 ans d'emprisonnement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.