GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Crise au Venezuela: les Etats-Unis se rallient à Guaido, Moscou soutient Maduro

    media Nicolas Maduro célèbre le 61e anniversaire de fin de la dictadure de Marcos Perez Jimenez, le 23 janvier 2019 à Caracas. Miraflores Palace/Handout via REUTERS

    Les réactions se multiplient à l’étranger après la décision de Juan Guadio de se proclamer chef de l’Etat par intérim au Venezuela. Si les réactions sont prudentes dans les pays européens, Juan Guaido bénéficie du soutien entier des Etats-Unis et de plusieurs pays d’Amérique latine. Le président élu Nicolas Maduro peut, en revanche, compter sur le soutien de la Turquie et bien sûr de la Russie, devenue l’un de ses plus fidèles alliés.

    Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a appelé jeudi l'Organisation des Etats américains (OEA) à reconnaître Juan Guaido comme « président par intérim du Venezuela », comme les Etats-Unis et plusieurs pays membres de cette institution l'ont déjà fait la veille. Il a également mis en garde le « régime illégitime » de Nicolas Maduro contre « toute décision d'utiliser la violence pour réprimer la transition démocratique pacifique », demandant aux forces de sécurité vénézuéliennes de « protéger » Juan Guaido.

    Donald Trump reconnaît Juan Guaido comme le « président par intérim » du Venezuela. Annonce faite mercredi 23 janvier 2019 par un communiqué de la Maison Blanche. Aussi officiel qu’inhabituel, le texte de la présidence américaine a été diffusé peu après l’autoproclamation du jeune opposant contre Nicolas Maduro, rapporte notre correspondant aux Etats-Unis, Eric de Salve.

    « Je reconnais officiellement le président de l’Assemblée nationale Juan Guaido comme président du Venezuela. » Une déclaration écrite de Donald Trump, qui appelle tous les pays occidentaux à faire de même.

    Selon le président américain, cette Assemblée, contrôlée par l’opposition depuis 2015 et en concurrence avec une Constituante pro-chaviste depuis 2017, « est la seule branche légitime du gouvernement élue par le peuple ».

    Donald Trump salue d’ailleurs la décision de déclarer Nicolas Maduro illégitime. « Décision qui rend vacant le bureau du président », écrit-il. Les Vénézuéliens « souffrent depuis trop longtemps », déplore le numéro un américain.

    « Je continuerai d'utiliser toute la puissance économique et diplomatique des Etats-Unis en faveur du rétablissement de la démocratie vénézuélienne », peut-on lire dans le communiqué de la Maison Blanche.

    Les Etats-Unis iront-ils jusqu’à un éventuel soutien militaire, menace déjà brandie par le passé par le président ? « Nous n’avons rien prévu, répond Donald Trump, mais toutes les options sont sur la table. »

    De son côté, Mike Pompeo, le chef de la diplomatie américaine, appelle l’armée vénézuélienne à protéger la démocratie et la population civile. Et le vice-président Pence appelle, lui, sur Twitter à restaurer la libertad.

    La réponse de Caracas a aussitôt fusé. Le Venezuela rompt ses relations diplomatiques avec les Etats-Unis. Nicolas Maduro a donné 72 heures aux diplomates américains pour quitter le pays.

    Moscou dénonce « une ingérence étrangère »

    C’est un soutien clair et net qui est apporté par la Russie à Nicolas Maduro, rapporte notre correspondant à Moscou, Daniel Vallot. Pour le porte-parole du Kremlin, Nicolas Maduro est le « président légitime » du Venezuela, « les tentatives pour usurper le pouvoir dans son pays sont contraires à la loi internationale », ajoute Dmiti Peskov. Même son de cloche au ministère russe des Affaires étrangères : cette crise pourrait conduire directement au « chaos et à la destruction de l’Etat vénézuélien », peut-on lire dans un communiqué publié ce jeudi 24 janvier au matin sur le site internet du ministère.

    Le président russe Vladimir Poutine a exprimé son « soutien », dans un entretien téléphonique, à son homologue vénézuélien Nicolas Maduro, a annoncé ce jeudi en fin de journée le Kremlin dans un communiqué.  Au cours de cette conversation, M. Poutine « a exprimé son soutien aux autorités légitimes du Venezuela dans les conditions de l'aggravation d'une crise politique, provoquée de l'extérieur », précise le Kremlin.

    Ce soutien de la Russie à Nicolas Maduro n’est pas vraiment une surprise. Vladimir Poutine est devenu ces dernières années un allié important, indéfectible du président vénézuelien. Nicolas Maduro s’était d’ailleurs rendu à Moscou en décembre dernier. A la suite de ce déplacement, la coopération économique et militaire entre les deux pays s’était encore resserrée. En témoignent ces manœuvres militaires auxquelles deux bombardiers stratégiques russes avaient participé à la fin de l’année dernière. Des manœuvres qui avaient d’ailleurs, à l’époque, suscité la colère des Etats-Unis.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.