GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Crise politique au Venezuela: le Mexicain AMLO continue de soutenir Maduro

    media Le président vénézuélien Nicolás Maduro et sa compagne Cilia Flores, en compagnie du nouveau couple présidentiel mexicain, Andrés Manuel López Obrador (AMLO) et Beatriz Gutiérrez Müller. Mexico, le 1er décembre 2018. daniel aguilar / Lopez Obrador's Press office / AFP

    Alors que de nombreux chefs d’Etat du continent américain se sont empressés de reconnaître le leader d'opposition Juan Guaidó comme le président par intérim du Venezuela, le chef de l'Etat mexicain est l’un des seuls à avoir refusé de le faire. Andrés Manuel López Obrador continue de considérer qu'à Caracas, Nicolás Maduro est le président légitime, élu démocratiquement.

    Avec notre correspondant à Mexico,  Patrick John Buffe

    Même si le Mexique reconnaît qu’il suit la situation de près, il considère qu’il n’y a aucun changement dans ses relations diplomatiques avec Caracas, pas plus qu’avec le gouvernement de Nicolás Maduro. Il applique ainsi les nouveaux principes établis par le président López Obrador, la non-intervention et la recherche de solutions pacifiques aux conflits.

    C’est la même position de neutralité qu’avait déjà adoptée le Mexique en début d’année au sein du groupe de Lima. Il avait été le seul à ne pas signer une déclaration où 13 des 14 pays membres ne reconnaissaient pas le second mandat du président vénézuélien.

    En raison de cette décision, López Obrador avait été accusé de soutenir Nicolás Maduro. Ce à quoi il avait répondu que la politique extérieure mexicaine n’était pas régie par la sympathie, mais par des principes constitutionnels comme la non-intervention.

    Selon ses détracteurs, le chef d’Etat mexicain, élu avec plus de 53% des voix en juillet dans un scrutin présidentiel à tour unique, cherche à se réfugier derrière ces principes de politique extérieure pour éviter toute friction au niveau international. Car il estimerait avoir déjà suffisamment de problèmes à résoudre à l’intérieur de son pays pour ne pas s’en créer à l’extérieur.

    ►Écouter sur RFI : Nicolás Maduro de plus en plus isolé

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.