GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Brésil: un député de gauche, militant des droits des LGBT, choisit l'exil

    media Le député Jean Wyllys, élu du parti Socialisme et Liberté et militant des droits des LGBT, a annoncé qu'il quittait le Brésil, craignant pour sa vie. (Photo d'illustration) REUTERS/Ueslei Marcelino

    Sauve qui peut ! Au Brésil, un député choisit l’exil plutôt que de siéger à Brasilia. Jean Wyllys se dit menacé de mort. Homosexuel, d’extrême gauche, c’est aussi un farouche adversaire du président Jair Bolsonaro.

    A 44 ans, Jean Wyllys est l’un des principaux défenseurs des droits des homosexuels, rapporte notre correspondant à Sao Paulo, Martin Bernard. Sa participation à une émission de télé-réalité lui a permis de se faire connaître du grand public et il a été élu député pour la première fois il y a huit ans. Mais Jean Wyllys n’assumera pas son 3e mandat de député féderal lors de la réouverture des travaux du Congrès la semaine prochaine. Il évoque une recrudescence des menaces de mort contre lui.

    Une menace qui s’est fait encore plus concrète depuis l’assassinat, en pleine rue, de sa collègue Marielle Franco il y a un peu moins d’un an. Marielle Franco défendait aussi le droit des gays et des lesbiennes. Elle appartenait au même parti politique que lui, le parti Socialisme et Liberté.

    Jean Wyllys met en cause le rôle des milices à Rio, déjà montrées du doigt dans l'assassinat de Marielle Franco, et évoque la relation entre ces groupes paramilitaires et l’un des fils du président, Flavio Bolsonaro. Celui-ci, récemment élu sénateur, est visé par des soupçons de corruption. Il est aussi l’un des plus farouches adversaires de son père, le président Jair Bolsonaro, qui a simplement écrit jeudi 24 janvier sur les réseaux sociaux : « C’est un grand jour », avant de nier qu’il voulait parler du départ en exil de Jean Wyllys.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.