GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Bataille de communiqués entre les Etats-Unis et le Venezuela

    media La bannière étoilée flotte sur l'ambassade américaine à Caracas le 24 janvier 2019. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Chaque camp campe sur ses positions au Venezuela. Depuis la manifestation monstre de l’opposition, mercredi, qui s’est soldée par l’auto-proclamation de Juan Guaido comme président par intérim, la situation semble figée. Nicolas Maduro accuse son rival d’organiser un coup d’Etat avec l’aide de Washington. Il a d’ailleurs rompu les relations diplomatiques avec les Etats-Unis. L’ambassadeur a jusqu’à dimanche pour quitter le pays. Une situation qui témoigne des relations particulières qu’entretiennent les deux pays : alliés pour les uns, ennemi juré pour les autres.

    Donald Trump a été le premier chef d’Etat à reconnaître Juan Guaido comme président par intérim. Et après les Etats-Unis, de nombreux pays ont suivi l’exemple nord-américain, rapporte notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille.

    «US go home ?» : écoutez les témoignages recueillis par notre correspondant à Caracas 25/01/2019 - par Benjamin Delille Écouter

    « Ils sont dans le droit chemin, ils respectent notre constitution et nos lois. » Pour Luis, un opposant à Nicolas Maduro, cette reconnaissance va dans le sens de la démocratie. Mais les chavistes, à l’image de leur président, n’y croient pas. Ils estiment que l’opposition n’est qu’un outil des Etats-Unis pour renverser Nicolas Maduro. « Eux ils sont sous les ordres d’une propagande médiatique dirigé par ce fou de Donald Trump. Yankee, rentrez chez-vous ! »

    Tensions diplomatiques Caracas-Washington

    Mercredi, en réponse à la reconnaissance par Washington de Juan Guaido comme «président par intérim», Nicolas Maduro a annoncé la rupture des relations diplomatiques avec Washington, donnant 72 heures aux représentants américains pour quitter le pays. Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a rétorqué que Nicolas Maduro n'avait plus «l'autorité légale» pour prendre de telles décisions.

    Les Etats-Unis ont toutefois ordonné jeudi le départ du personnel «non essentiel» de leurs missions diplomatiques au Venezuela. « Nous prenons cette mesure en nous basant sur notre évaluation actuelle de la situation sécuritaire au Venezuela », a indiqué un des porte-parole du département d'Etat, précisant cependant que Washington n'avait pas l'intention de « fermer » son ambassade à Caracas.

    Par ailleurs, Washington a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité des Nations unies sur la situation au Venezuela et déclare tenir prête une enveloppe de 20 millions de dollars destinée à aider le Venezuela, en réponse à une requête exprimée par l'Assemblée nationale contrôlée par l'opposition.

    Mais les Etats-Unis ont cependant échoué à obtenir un consensus sur une reconnaissance du mandat de Juan Guaido lors d'une réunion extraordinaire du conseil permanent de l'OEA, l'Organisation des Etats américains, jeudi 24 janvier.

    Bertrand Badie: le retour de la doctrine Monroe ?

    Bertrand Badie: «une situation totalement inédite au Venezuela» (écoutez l'intégralité de l'entretien) 25/01/2019 - par Sylvie Noël Écouter

    Pour Bertrand Badie, professeur des universités à l'Institut d'études politiques de Paris, spécialiste des relations internationales, la situation qui prévaut auVenezuela est une situation « totalement inédite ». Le régime Maduro est « devenu désastreux » et la légitimité de l’élection de Maduro est « absolument contestable ». Mais la démarche de Juan Guaido et la rapide réaction américaine interrogent. « Considérer que l’on peut sortir de cette situation en s’autoproclamant président et en obtenant ainsi la reconnaissance d’Etats – et non des moindres, des Etats-Unis, du Canada –, dans les minutes qui suivent une auto-proclamation, c’est une situation tout à fait inédite, qui me pousse à penser qu’il y avait une coordination entre cette auto-proclamation et la décision de Donald Trump de reconnaître ce nouveau gouvernement. Ce qui, d’ailleurs, fait penser à une sorte de retour de la doctrine Monroe. C’est-à-dire de ce droit que s’arrogent les Etats-Unis d’avoir un regard particulier et prioritaire sur l’ensemble du continent américain ».

    Pour Bertrand Badie, c'est une « page périlleuse »dans l’histoire américaine qui s'ouvre.

    et avec agences

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.