GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: «Avec l’armée, ce sera très, très compliqué pour Juan Guaido»

    media Juan Guaido au sein d'un groupe de manifestants anti-Maduro, le 23 janvier 2019. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Le Venezuela a désormais deux présidents : le chef de l'Etat en exercice, Nicolas Maduro et Juan Guaido, le président de l'Assemblée nationale, institution aux mains de l'opposition, qui s'est auto-proclamé jeudi 24 janvier président par intérim. Il a aussitôt reçu la reconnaissance de nombreux pays notamment du continent américain : des voisins mais également la reconnaissance des Etats-Unis et du Canada. Serge Olivier est historien, spécialiste du Venezuela au sein du laboratoire Monde américain à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il analyse le profil des nouveaux manifestants et la marge de manœuvre de Juan Guaido face à l’armée.

    RFI : Serge Olivier, qui est ce peuple qui soutient Juan Guaido ?

    Serge Olivier : C’est très hétéroclite. Contrairement aux manifestations qui ont lieu d’habitude pour soutenir l’opposition au Venezuela, qui étaient des manifestations - notamment en 2017 - centrées sur l’est de Caracas, c’est-à-dire sur les quartiers de classe moyenne, les classes aisées, depuis mercredi il y a aussi des manifestations dans les quartiers populaires, les barrios de l’ouest de Caracas. Dans tout le pays en fait, dans toutes les villes, il y a des émeutes avec parfois des pillages. Il y a eu des scènes d’émeutes dans les rues, dans des quartiers très populaires, des barrios historiquement chavistes, de La Vega, de Propatria, de la Cota 905… Des quartiers populaires qui, d’habitude, ne suivaient pas ce qui se passait dans les quartiers plus riches de l’est du pays.

    Là, il y a un réel changement ?

    Oui,c’est un premier enseignement du point de vue des émeutes et des manifestations spontanées : il y a une convergence entre les quartiers populaires de l’ouest de Caracas et les quartiers plus aisés de l’est, c’est quelque chose de nouveau.

    Sans l’armée derrière lui, Juan Guaido peut-il espérer quelque chose ? Est-ce qu’il peut tenir, après s’être autoproclamé chef de l’Etat ?

    C’est très difficile pour lui et ce sera très, très compliqué. Il y a déjà une répression qui est en cours. On compte déjà 28 morts dans le pays à l’heure actuelle et déjà près de 200 arrestations.

    Ce sont surtout, à l’heure actuelle, les forces de police, les forces spéciales de police qui interviennent dans les quartiers populaires et la Garde nationale, mais dans une bien moindre mesure. En fait, si les grandes manifestations, ce qui est à prévoir, continuent de se dérouler aujourd’hui (vendredi 25 janvier), la répression de la part de la Garde nationale sera un élément clé. Parce que les grandes répressions des grandes manifestations n’ont pas encore eu lieu.

    Le haut commandement militaire soutient le gouvernement de Maduro. Ce n’est une surprise, puisque Maduro a nommé - chiffre complètement hallucinant - 2 000 généraux. Le haut commandement est lié au régime, les militaires sont partie prenante du régime, font le régime, sont le régime en grande partie. Pour un tiers du gouvernement, ce sont des militaires ; les gouverneurs d’Etat sont des militaires. Bref, le haut commandement est militaire.

    Mais les soldats du rang, les officiers subalternes et les sous-officiers, eux, subissent la crise de plein fouet, comme le reste des Vénézuéliens. S’ils doivent être amenés à réprimer de façon systématique la manifestation, ce sera un test de loyauté pour la troupe. Et c'est encore à venir...

    Les forces de sécurité s'en prennent à des manifestants lors d'un rassemblement de l'opposition à l'appel de Juan Guaido, à Caracas, le 23 janvier 2019. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.