GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Canada: les accusations se précisent contre la numéro deux de Huawei

    media Meng Wanzhou, la numéro deux du géant chinois, a été arrêtée le 1er décembre dernier. REUTERS / Lindsey Wasson

    La numéro deux du géant chinois des télécommunications Huawei a fait une brève apparition au tribunal à Vancouver, dans l’Ouest canadien ce mardi. Meng Wanzhou a été arrêtée le 1er décembre à la demande des Etats-Unis, l’allié du Canada, alors qu’elle transitait par l’aéroport de Vancouver. Libérée sous caution depuis plus d’un mois, elle s’est retrouvée devant le juge pour ajouter un nouvel avocat à sa défense et revoir la liste des personnes qui se portent garantes pour elle.

    Avec notre correspondante à Québec, Pascal Guéricolas

    Les accusations qui pèsent contre Meng Wanzhou, la responsable financière du géant chinois Huawei sont désormais connues, du moins en partie. Les Etats-Unis l’accusent formellement d’avoir caché les liens entre l’entreprise de télécommunications et des sociétés parapluie qui menaient des affaires en Iran en 2007.

    Fraude et entrave

    Aux yeux des autorités américaines qui réclament son extradition, il s’agit ni plus ni moins que de fraude et d’entrave à la justice puisqu’il était interdit d’avoir des liens commerciaux avec l’Iran.

    Un juge canadien doit maintenant examiner si ces accusations existent selon le droit canadien, une procédure qui s’annonce très longue. Il pourrait alors autoriser l’extradition de Meng Wanzhou vers les Etats-Unis.

    Motifs politiques ?

    Sauf qu’aux yeux de plusieurs experts, les accusations américaines reposent davantage sur des motifs politiques que juridiques. C’est aussi l’opinion de John McCallum, jusque-là ambassadeur canadien en Chine. Il a dû présenter sa démission pour avoir déclaré que Meng Wanzhou disposait d’un solide dossier pour contester son extradition.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.