GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Rupture d'un barrage au Brésil: un rapport pointait des problèmes de drainage

    media La rupture du barrage minier de Brumadinho a fait au moins 134 morts et 199 disparus. REUTERS/Adriano Machado

    Douze jours après la rupture du barrage de Brumadinho au Brésil, de nouvelles révélations pointent un peu plus la responsabilité du géant minier Vale.

    Plusieurs médias brésiliens ont publié ce mardi des extraits du certificat de stabilité délivré en septembre 2018 par la société allemande TÜV SÜD, chargée de contrôler le barrage de Brumadinho. Photos à l'appui, il montre que les tubes de drainage étaient partiellement endommagés ou « bouchés par la végétation ».

    Malgré un niveau de sécurité jugé à la limite de la réglementation, la stabilité du barrage a été attestée. Une quinzaine de recommandations y sont toutefois listées afin d'améliorer le niveau de sécurité de la construction. L'entreprise de contrôle demande notamment l'installation d'un radar. Selon les médias nationaux, un tel système aurait permi le déclenchement de l'alarme censée alerter les employés de Vale et les habitants de la zone.

    Le 25 janvier dernier, la rupture du barrage de la mine Corrego do Feijao, dans l'Etat du Minas Gerais (sud-est), a provoqué une marée du boue qui a tout emporté sur son passage, faisant au moins 134 morts et 199 disparus, selon le dernier bilan officiel provisoire. Le jour du drame, les rescapés affirment n'avoir entendu aucune sirène. C'est l'un des reproches directement portés par les familles de victimes à Vale ces derniers jours.

    Pour l'heure, le tribunal a interdit à l'entreprise de stocker des résidus miniers dans huit de ses barrages toujours actifs. Celui de Brumadinho est la deuxième installation minière gérée par Vale à céder en seulement trois ans. L'entreprise a affirmé dans un communiqué que « tous les barrages (étaient) dotés des licences nécessaires et de certificats de stabilité valides » et a annoncé qu'elle ferait appel, considérant « sans fondement technique (...) la décision de suspendre leurs opérations ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.