GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
Mardi 23 Avril
Aujourd'hui
Jeudi 25 Avril
Vendredi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Crise politique et sociale en Haïti: cinquième jour de paralysie successif

    media  
    Port-au-Prince, le 11 février 2019. HECTOR RETAMAL / AFP

    Haïti s'enfonce dans l’incertitude. Pour la cinquième journée consécutive, lundi 11 février, la capitale et les principales villes du pays ont été paralysées par des barricades et des manifestations d’opposants radicaux exigeant le départ immédiat du président Jovenel Moïse. Au moins cinq personnes ont été tuées depuis jeudi. Face à ces pertes ainsi qu'aux importants dégâts matériels, le pouvoir reste totalement muet, gardant la population dans la plus grande inquiétude quant à l’issue de cette crise.

    Avec notre correspondante à Port-au-Prince,  Amélie Baron

    Au cœur de l'aire métropolitaine, les centaines de manifestants venus de Cité Soleil n’ont caché ni leur colère ni leur envie de tout détruire. Les visages majoritairement masqués, ces jeunes se déclarent à bout, comme en témoigne l’un d’eux qui souhaite qu’on l’appelle « Pierrelet ».

    « On est restés calmes, dit-il, mais Jovenel Moïse nous a abandonnés avec notre faim. Et quand on a faim, ils savent ce qu’on peut faire. On n’a qu’à tout casser mais on veut pas ça, on veut du travail. Sans ça, on va tout raser dans le pays parce qu’on n’en peut plus de souffrir, on a trop faim. »

    A grand renfort de gaz lacrymogènes et de tirs en l’air, la foule s’est dispersée, en commettant quelques petits pillages. Joël a perdu tout son stock de boissons gazeuses mais il n’en veut à personne d’autre qu’au président, nous confie-t-il :

    « C’est pas leur faute, [c'est] parce qu’ils ont faim. Ce qu’ils ont pris, ils l’ont bu ou vont le vendre et avoir de quoi un peu soulager leur famille. Je n’ai rien contre eux, c’est parce qu’on n'a pas de bons dirigeants. Si tout le monde avait du travail, ça n’arriverait pas. C’est à cause de ce président de mascarade que toutes ces dérives se produisent en Haïti. »

    Qualifié de menteur et de corrompu dans les rues du pays depuis déjà cinq jours, le président reste terré dans son mutisme, ce qui ne fait qu’amplifier la colère populaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.