GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
Mercredi 20 Février
Jeudi 21 Février
Aujourd'hui
Samedi 23 Février
Dimanche 24 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: Guaido annonce que l'aide humanitaire arrivera le 23 février

    media L'opposnat Juan Guaido, reconnu président par intérim du Venezuela par une cinquantaine de pays, lors de la manifestation à l'occasion de la Journée de la jeunesse, à Caracas, le 12 février 2019. u REUTERS/Manaure Quintero

    Des dizaines de milliers de personnes dans les rues de Caracas, la capitale du Venezuela. Une manifestation massive à l'appel du président par intérim  autoproclamé, Juan Guaido qui poursuit son bras de fer avec le pouvoir de Nicolas Maduro. Juan Guaido a annoncé que plusieurs tonnes d'aide humanitaire feraient leur entrée le 23 février sur le sol vénézuélien.

    En marge de la moblisation de ses partisans à Caracas, Juan Guaido a annoncé que l'aide humanitaire entrera dans le pays le 23 février, sans donner des détails. Pourquoi le 23 février ? D'où partira cette cargaison ? De Colombie ? Du Brésil ? On l'ignore encore. Et surtout, quelle sera la réaction des autorités ? L'armée, qui bloque pour l'instant cette aide humanitaire à la demande du président Nicolas Maduro, va-t-elle laisser passer un ou plusieurs convois sans violences. Aucune réponse à ces questions pour l'instant. Et aucune réaction du gouvernement.

    Mais avec cette date précise du 23 février, Juan Guaido frappe fort de nouveau. Il maintient la pression sur le pouvoir en place, qui va devoir réagir. Et c'était le but de la mobilisation d'aujourd'hui. Toujours la même stratégie : mettre en avant la crise économique, alimentaire, sanitaire qui touche le pays. Réclamer que le pouvoir vénézuélien cède, qu'il laisse entrer l'aide humanitaire afin de soulager la population. Parce que cette crise se lit sur les pancartes des manifestants. « J'ai faim ! J'ai besoin d'un vrai système de santé... Je n'en peux plus de l'inflation ». C'est avant tout un mot d'ordre économique et social qui porte ses fruits, en particulier chez les étudiants.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.