GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Mars
Mardi 19 Mars
Mercredi 20 Mars
Jeudi 21 Mars
Aujourd'hui
Samedi 23 Mars
Dimanche 24 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Bolivie: un 21 février d'opposition pas comme les autres

    media Evo Morales, lors des élections primaires le 27 janvier 2019, qui l'ont désigné comme candidat à la présidence et du coup enterré le référendum du 21 février 2016. Courtesy of Bolivian Presidency/Handout via REUTERS

    En Bolivie, le 21 février est depuis 2016 une journée de mobilisation. C'est en effet le jour anniversaire du référendum lors duquel les Boliviens avaient dit « non » à une modification de la Constitution permettant à Evo Morales de se présenter pour un quatrième mandat. Malgré ce vote, l’actuel chef de l’Etat sera bien candidat à la présidentielle. Les opposants sont donc en colère et depuis trois ans, ils se réunissent chaque 21 février pour se faire entendre et pour, disent-ils, que soit respectée la démocratie.

    De notre correspondante à La Paz,

    Ce 21 février 2019 - 21F - n’est pas tout à fait comme les autres en Bolivie. 2019 est en effet une année électorale. En octobre, les Boliviens voteront pour leur futur président. Et parmi les candidats, il y aura Evo Morales, alors que les Boliviens avaient refusé cette possibilité le 21 février 2016. Evo Morales est parvenu tout de même à présenter sa candidature après une décision du tribunal constitutionnel fin 2017.

    Le tribunal électoral a ensuite accepté son inscription comme candidat en décembre 2018. Et la boucle est bouclée en janvier de cette année, avec les toutes premières primaires du pays, voulues par le gouvernement alors que les différents partis n’ont tous qu’un seul binôme président / vice-président. Mais pour beaucoup, ces primaires ont été une manière pour Evo Morales de légitimer sa candidature très contestée.

    Le 21 février, un rendez-vous de l'opposition

    Par rapport aux années précédentes, on sent tout de même moins d’effervescence, peut-être justement en raison de cette accumulation de décisions, d’élections primaires, et donc il y a une certaine résignation : malgré le vote, malgré les manifestations, qui se sont même parfois terminées en violence, Evo Morales se représente.

    Si aujourd’hui on ne vivra peut-être pas les habituels blocages qui paralysent les grandes artères, les différents groupes d’opposition ont quand même lancé un appel massif à se rassembler en fin de journée dans toutes les villes boliviennes. On s’attend donc à plusieurs dizaines de milliers de personnes dans les rues.

    L'élection d'octobre 2019

    Il y a neuf binômes président-vice-président en lice. Et ce qui marque le plus, à huit mois de l’élection, c’est l’absence de programme électoral. Pour le moment, la plupart des candidats expriment surtout leur opposition à Evo Morales, mais pas un mot sur d’éventuelles propositions pour le pays. C’est donc au fil des mois à venir que le choix des citoyens boliviens va se forger.

    Le principal opposant à l’actuel président, celui qui, avec Evo Morales, a le plus de chances de remporter cette présidentielle, s’appelle Carlos Mesa et il a un passé politique assez lourd : il a été vice-président d’un homme désormais exilé, qui a fui le pays après avoir ordonné la répression d’une manifestation, répression qui avait fait plus de 60 morts.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.