GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    A la Une: le Venezuela à deux jours de l'ultimatum lancé par Juan Guaido

    media Juan Guaido, lors d'une allocution aux médias donnée le 20 février 2019 à Caracas. REUTERS/Manaure Quintero

    Alors que l’attention était focalisée ces derniers jours sur la frontière entre le Venezuela et la Colombie, où est arrivée une part considérable de l’aide humanitaire, Juan Guaido a annoncé hier qu’une autre partie de cette aide allait « arriver aussi par voie maritime », rapporte El Universal. Juan Guaido a même dévoilé les ports choisis à cet effet : il s’agira de La Guaira, dont le président autoproclamé est originaire et qui se trouve à quelques dizaines de kilomètres au nord de Caracas, ainsi que de Puerto Cabello dans l’État de Carabobo, environ 200 kilomètres plus à l’ouest.

    Mais alors que toute cette organisation se met en place, on ne sait toujours pas si les conteneurs arriveront en effet sur le sol vénézuélien. « Les citoyens exigent en tout cas des militaires qu’ils laissent entrer l’aide humanitaire dans le pays », écrit El Nacional en s’appuyant sur un sondage, publié hier par l’institut Hercon Consultores. Selon cette enquête d’opinion 85,5 % des 1 200 personnes interrogées comptent sur la coopération de l’armée. « Le sondage démontre également le peu de soutien sur lequel peut encore s’appuyer Nicolas Maduro », poursuit le journal. « 80,3 % des personnes interrogées estiment que le président devrait démissionner ».

    Nicolas Maduro annonce une prolongation de deux jours du Carnaval

    « À en croire le calendrier, le carnaval tombe cette année les 4 et 5 mars. Mais selon la volonté du président, les fêtes du carnaval au Venezuela commenceront dès le 28 février », rapporte Ultimas Noticias qui poursuit : « "Le jeudi 28 février et le vendredi 1er mars seront des jours fériés afin de prolonger la période carnavalesque et de célébrer la culture vénézuélienne", a annoncé Nicolas Maduro ».

    Au Nicaragua, on suit de très près l’évolution de la situation au Venezuela, soulève le quotidien La Prensa, car le destin de Nicolas Maduro est intimement lié à celui de son homologue nicaraguayen Daniel Ortega. « Les jours de Nicolas Maduro à la tête du Venezuela sont comptés. Et la chute du régime chaviste fragilisera comme jamais le président Ortega », souligne Horacio Medina, ex-dirigeant du géant pétrolier vénézuélien PDVSA dans les colonnes du journal. « La fin du régime chaviste n’ébranlerait le régime ortéguiste pas seulement sur le plan économique, soutient encore cet expert, mais également d’un point de vue politique. Car après le départ de Nicolas Maduro, Daniel Ortega n’aura pour seul soutien que le gouvernement cubain. Or Cuba n’est aujourd’hui plus en mesure de lui apporter de l’aide ».

    En Haïti, un autre dossier lié au Venezuela est désormais entre les mains de la justice

    Le fameux rapport partiel de la Cour des comptes sur la gestion du fonds PetroCaribe a été transféré par les sénateurs au tribunal de première instance de Port-au-Prince, écrit Le National. Cette démarche s’ajoute à celle « des citoyens haïtiens » qui avaient « déposé plusieurs plaintes sur une éventuelle dilapidation du fonds PetroCaribe », ainsi qu’à celle du Premier ministre Jean-Henry Céant qui avait « fait savoir que l’État haïtien avait déposé une plainte contre les individus indexés dans le rapport de la Cour des comptes ».

    Parmi les personnes indexées dans ce rapport : Jovenel Moïse, l’actuel président haïtien. D’après la Cour des comptes, il aurait reçu de l’argent du fonds PetroCaribe pour réhabiliter un tronçon de route, alors qu’il était encore simple entrepreneur. Le tout sans contrat. C’est ce fait parmi d’autres que 14 élus de l’opposition haïtienne mettent en avant pour justifier la lettre qu’ils ont envoyée au bureau de la Chambre des députés. Dans ce courrier, ils demandent au président de la Chambre une mise en accusation de Jovenel Moïse, rapporte le site Haïti 24.

    « Cette nouvelle démarche intervient dans le cadre du bras de fer entre l’opposition radicale et le président de la République », note le site de Radio Métronome de la ville de Jacmel. « Outre le terrain de la rue, le bras institutionnel de l’opposition veut faire feu de tout bois pour renverser Jovenel Moïse du fauteuil présidentiel ».

    « Selon la Constitution, deux tiers tiers des députés, soit 80 voix, sont donc nécessaires pour entériner la demande de la mise en accusation », note encore Radio Metronome. « C’est un chef d’État meurtri », constate de son côté l’éditorialiste du Nouvelliste qui conclut sur cette interrogation : « L’opposition va-t-elle utiliser d’autres moyens de lutte pour contraindre Jovenel Moïse à abandonner le pouvoir ? »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.