GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Référendum constitutionnel à Cuba: les arguments des opposants

    media Le président cubain Miguel Diaz-Canel (en bleu), aux côtés de son prédécesseur et actuel dirigeant du Parti Raul Castro, lors d'une marche célébrant le 166e anniversaire du héros de l'indépendance José Marti. La Havane, le 28 janvier 2019. REUTERS/Fernando Medina

    Ce dimanche 24 février, les Cubains sont appelés à s’exprimer sur une nouvelle Constitution qui, si elle est approuvée par référendum, ce qui ne fait guère de doutes, reconnait l'économie de marché, la propriété privée et les investissements étrangers, sans renoncer à l'objectif d'une société communiste. Parmi ceux qui refusent le texte proposé: Hildebrando Chaviano, opposant et candidat malheureux aux municipales de 2015, ou le dissident Manuel Cuesta Morua.

    La nouvelle Constitution cubaine doit remplacer celle de 1976. Elle apporte une base légale à l'ouverture de l'économie, entamée il y a dix ans. Le gouvernement cubain veut croire en une large victoire, malgré une forte mobilisation de l'opposition qui appelle à voter « non », pointant notamment les articles 1, 4 et 5.

    Parmi ceux qui refusent le texte proposé, Hildebrando Chaviano, opposant et candidat malheureux aux élections municipales de 2015. « Je voterai non, explique-t-il, tout simplement parce que j'aimerais une Constitution plus moderne. Ils ont conservé les articles 1, 4 et 5 qui donnent tout le pouvoir au Parti communiste et le placent au-dessus de l'Assemblée nationale et de la Constitution elle-même. »

    A ses yeux, « il n'y a aucun changement ». « Il va y avoir une très forte abstention et beaucoup de personnes vont voter 'non'. Parce que c'est la seule possibilité pour les Cubains de faire passer un message à leur gouvernement. Ce texte ne va pas assez loin. Ce qui manque ici, c'est une véritable Constitution démocratique qui n'empêche ni le développement économique, ni le développement politique de la société. »

    Prenons l'article 28, qui délimite l'économie. Il n'y a pas de développement économique si l'on ne donne pas une certaine importance au secteur privé et à l'économie de marché. Ce n'est pas à l'Etat de fixer les prix ou de fixer les salaires. Toutes ces erreurs vont se répéter et Cuba ne va pas avancer d'un centimètre. Parce que ce sont les mêmes personnes qui commettront les mêmes erreurs

    Hildebrando Chaviano 24/02/2019 - par Achim Lippold Écouter

    Autres réserves: celles du dissident Manuel Cuesta Morua

    Les autorités cubaines ont mené une campagne très visible en faveur du « oui ». Mais de nombreux Cubains ont aussi mené campagne pour le « non », à l’image du dissident Manuel Cuesta Morua, pour qui cette nouvelle Constitution ne représente pas forcément une avancée pour la société cubaine, même s'il concède que « sur certains points », elle « garantit un peu plus de droits que celle de 1976 ».

    « De ce point de vue, je ne dirais pas que la nouvelle Constitution est pire que celle de 1976, mais elle a trois aspects très médiévaux, énumère Manuel Cuesta Morua. Premièrement, elle met le Parti communiste au-dessus de la souveraineté du peuple. C’est comme mettre le prince au-dessus du peuple. C’est comme si on revenait à une époque préconstitutionnelle, si on emploie des termes d’historien. Ça, c’est totalement rétrograde et négatif. »

    « Deuxièmement, cette Constitution exclut ceux qui ne suivent pas l’idéologie officielle. L’article premier nous exclut comme individus en définissant l’Etat comme socialiste. Alors que quand un Cubain nait, il nait Cubain, pas socialiste. Troisièmement, ce texte établit et encre pour les générations actuelles et futures un modèle, le modèle du socialisme réel, qui a déjà été révoqué par l'histoire. »

    Nous avons pu mener campagne, surtout parce qu’un réseau de volontaires dans tout le pays nous a aidés. Des citoyens anonymes qui n’ont pas encore été bien identifiés par la police. Et aussi parce qu’on a pu utiliser les réseaux sociaux. Mais oui, il y a eu des pressions exercées, il y a des personnes qui ont été arrêtées dans toutes les provinces du pays. Surtout parce que dans le cadre de notre campagne du "non", nous avons mené une campagne très concrète qui va au-delà du 24 février

    Manuel Cuesta Morua 24/02/2019 - par Romain Lemaresquier Écouter

    Le référendum a valeur de test pour le système cubain

    Sur le plan de la gouvernance, la nouvelle Constition prévoit la limitation à deux mandats présidentiels de cinq ans.

    D'un point de vue économique, elle reconnaît le marché, la propriété privée, comme faisant partie de l'économie du pays. Une petite révolution tout de même, 60 ans après « la » révolution.

    Le texte vient surtout apporter une base légale à une transformation déjà en cours. Initiée en 2008 par Raul Castro, alors président de l'île, cette dernière a permis à des particuliers de lancer leur activité privée. Cela concerne pas loin de 600 000 Cubains, soit 13% de la force de travail. Une ouverture qui doit faciliter les investissements étrangers, nécessaires pour cette économie en berne et minée par les pénuries.

    Mais il ne faut pas s'attendre à un changement radical, c'est certain. Le pays ne s'engage pas dans un virage capitaliste, a d'ailleurs promis le président Miguel Diaz Canel l'an dernier. Le texte réaffirme effectivement le caractère socialiste du système politique et le rôle dirigeant du PC. Si le non l'emporte, ce qui parait peu probable, la Constitution de 1976 restera en vigueur. Il faudra alors légiférer pour l'adapter à l'ouverture économique du pays.

    ► À relire : Les Cubains appelés à voter sur la nouvelle Constitution

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.