GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 21 Juin
Samedi 22 Juin
Dimanche 23 Juin
Lundi 24 Juin
Aujourd'hui
Mercredi 26 Juin
Jeudi 27 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    [Témoignages] Rupture du barrage de Brumadinho, un mois après

    media À l’heure du déjeuner, les bénévoles mangent leur plateau repas entre le cimetière de Córrego do Feijão et le terrain de foot, transformé en héliport. ©Sarah Cozzolino/RFI

    Au Brésil, un mois après la catastrophe de Brumadinho, les habitants des villages alentours peinent à faire leur deuil. La rupture du barrage minier, qui a fait 177 morts et 133 portés disparus dans l’état du Minas Gérais, est la tragédie la plus mortelle qu’ait connu le pays. Dans la région de Brumadinho, les villages, basés sur l’économie minière et le tourisme, ont été touchés de plein fouet. 

    De notre envoyé spécialeSarah Cozzolino

    Córrego do Feijão a l’air d’un village fantôme. Alors qu’une quinzaine d’hélicoptères survolent tous les jours la boue de déchets miniers, à la recherche de corps, les habitants se croisent, sur la petite place. Ils évoquent leurs pertes : des proches, des voisins, mais aussi leur travail, leur maison.

    Elizangela Gonçalves a passé toute sa vie dans le village: « On a aussi perdu Córrego do Feijão, qui ne sera plus jamais le même. C’était un endroit de rêve, et aujourd’hui on vit un cauchemar… parce que chaque jour, un corps est retrouvé, on enterre un proche, un collègue, un ami, une connaissance. Donc on est tous victimes. »

    L’école a désormais repris pour les enfants du village. Un retour à la routine très important selon Victor Polignano. Ce jeune psychologue bénévole accompagne les enfants dans leur deuil, par le dessin, notamment. « Il y a un dessin en particulier qui a beaucoup retenu mon attention. C’était un jardin, et sous la terre, il y avait des corps, dessinés. Ça nous montre que les enfants ont conscience de ce qu’il se passe et de ce qu’il s’est produit ici. Donc il faut leur laisser un espace pour qu’ils puissent parler s’ils le veulent, ou respecter leur silence. »

    Un mois après la catastrophe les habitants sont toujours en attente des indemnisations promises par Vale, le géant minier en charge du barrage. La plupart des personnes rencontrées estiment qu’elles ne pourront plus continuer à vivre dans cette région.

    Chaque jour, un corps est retrouvé, on enterre un proche, un collègue, un ami, une connaissance...

    Reportage à Córrego do Feijão de Sarah Cozzolino 25/02/2019 - par RFI Écouter

    Une tragédie prévisible

    Flavia Coelho a perdu son père dans la tragédie. Après quarante ans de travail dans l’infrastructure de la mine, il était devenu indispensable. Mais quand l’année dernière, il avertit, à plusieurs reprises, les responsables de la mine des risques d’effondrement du barrage, il ne sera pas écouté : « On est venu lui parler, le calmer… et malheureusement, mon père, une personne très honnête, pensait qu’ils étaient aussi honnêtes que lui. Mais ils ont préféré donner la priorité à l’argent et perdre des vies plutôt que les bénéfices de l’entreprise. »

    La personne qui l’a rassuré fait partie des huit employés qui ont été placés en détention provisoire, il y a dix jours.

    Les risques ont été pris à cause de la puissance du lobby minier, selon Edzangela Barros. Elle est membre du Mouvement des victimes des barrages qui orgnaise une journée d'action contre l'impunité. « On ne sait plus qui on peut croire, si on peut croire en l’entreprise. Parce que les sirènes mises en place pour alerter la population ne marchent jamais. C’était le cas pour Mariana, et ici… »

    Quatre ans après la rupture du barrage de Mariana, qui avait provoqué la plus grave catastrophe écologique du pays, personne n’a été condamné. Cette fois, les Brésiliens espèrent que les coupables seront punis et de nouvelles tragédies évitées.

    « Ce fut un crime », peut-on lire sur plusieurs murs de la ville de Brumadinho

    Reportage à Brumadinho de Sarah Cozzolino 25/02/2019 - par RFI Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.