GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Lundi 23 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Septembre
Jeudi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Nicaragua: reprise du dialogue entre le gouvernement et l’opposition

    media Peu avant la rencontre, le gouvernement du président nicaraguayen Daniel Ortega (photo) a libéré des dizaines de prisonniers politiques. REUTERS/Oswaldo Rivas

    Huit mois après l’échec des premières négociations, le dialogue a repris ce mercredi entre le gouvernement nicaraguayen de Daniel Ortega et l’Alliance civique pour la justice et la démocratie, en présence de l’archevêque de Managua et du nonce apostolique, invités en tant qu’observateurs.

    Avec notre correspondant dans la région, Patrick John Buffe

    Cette première réunion s'est déroulée à huis clos pour tenter de trouver une issue à la crise socio-politique qui, depuis avril dernier, a fait entre trois cents et cinq cents morts, plus de sept cents manifestants emprisonnés et des milliers d’exilés.

    Durant cette première entrevue, le but des représentants du gouvernement et de l’Alliance civique a été de définir une feuille de route prévoyant les modalités de ces nouvelles négociations, considérées comme celles de la dernière chance. Et pourtant, le président Ortega n’a pas participé à la reprise de ce dialogue, alors que c’est lui qui l’a convoqué.

    Libération de prisonniers politiques

    Néanmoins, peu avant le début de cette réunion, le gouvernement nicaraguayen a libéré des dizaines de prisonniers politiques. Il semblait ainsi vouloir répondre, en partie, aux exigences de l’opposition qui en avait fait une condition préalable à la reprise des négociations. Alors, faut-il y voir un geste de bonne volonté de Daniel Ortega ?

    Certains considèrent qu’en relançant les pourparlers, le président cherche à gagner du temps parce qu’il est toujours plus isolé au niveau international et parce que l’économie du Nicaragua est en chute libre.

    Mais on voit mal comment Daniel Ortega, qui s’accroche au pouvoir, pourrait accepter les conditions posées par l’opposition, à savoir la libération de tous les prisonniers politiques, la fin de la répression, et surtout l’organisation d’élections anticipées !

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.