GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Aujourd'hui
Samedi 25 Mai
Dimanche 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Venezuela: début de panique face à la panne d'électricité

    media File d'attente dans un square de Caracas où des habitants se pressent pour recharger leur téléphone portable grâce à un chargeur solaire, le 10 mars. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    La situation devient critique au Venezuela. La quasi-totalité du territoire n’a plus de courant depuis presque trois jours maintenant. Impossible de connaître la raison précise de cette coupure. Le président vénézuélien Nicolas Maduro parle d’un sabotage orchestré par les Etats-Unis. L’opposition rejette de son côté la responsabilité sur le gouvernement qui n’entretiendrait plus le réseau électrique depuis des mois.

    Avec notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille

    Après presque trois jours de paralysie, la panique commence à se faire sentir chez les Vénézuéliens. Non seulement à cause des pénuries qui s’accumulent, mais aussi à cause de l’insécurité. Des pillages auraient eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche. À Caracas, l’électricité revient de manière très partielle dans certains quartiers, toutes les six ou sept heures, mais cela ne dure jamais très longtemps.

    Tous les services sont affectés par cette immense coupure : sans électricité il n’y a plus d’eau, plus d’essence non plus, et presque aucun commerce n’est ouvert.

    À cause des pénuries d’argent liquide, il n’est plus possible d’acheter quoi que ce soit car les terminaux bancaires ne fonctionnent plus. La nourriture commence aussi à pourrir car il n’y a plus aucun moyen de la garder au frais.

    Des immenses queues s’organisent devant les dernières stations-service encore ouvertes, et devant les rares magasins qui acceptent de vendre quelques produits en dollars. Des rassemblements se forment aussi là où le réseau téléphonique fonctionne encore faiblement.

    La situation la plus dramatique concerne les hôpitaux. Le manque d’informations rend tout bilan impossible, mais il est certain qu’il sera lourd, car de nombreux patients ne peuvent plus être soignés.

    Autant de facteurs qui alimentent la colère des Vénézuéliens. Des manifestations spontanées éclatent depuis samedi soir dans plusieurs quartiers de la capitale pour exiger le retour de l’électricité.


    La compagnie publique vénézuélienne d'électricité Copelec affirme que la capitale est désormais desservie à 40%. La centrale hydroélectrique de Gurri, dans l'Etat de Bolivar dans le sud du pays, responsable de la panne, dessert environ les trois-quarts du pays. Mais cette centrale est loin d'être la seule à être en cause, explique Paula Vasquez, chercheuse au CNRS.

    La panne nationale est due au manque de maintenance du système interconnecté de tout le territoire national

    Paula Vasquez

    Chercheuse au CNRS

    10/03/2019 - par Heike Schmidt Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.