GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Nicaragua: les propositions de Daniel Ortega risquent de braquer l’opposition

    media Daniel Ortega, président du Nicaragua, ici à Managua, au Nicaragua, le 5 septembre 2018 (photo d'illustration). REUTERS/Oswaldo Rivas

    Dans le cadre des négociations qu’il a entamées avec l’opposition, le président Daniel Ortega a enfin dévoilé les thèmes de discussion qu’il propose pour sortir le Nicaragua de la crise que le pays traverse depuis avril 2018. Il répond ainsi à l’Alliance Civique, qui lui avait demandé de faire un geste de bonne volonté pour démontrer son intention de vouloir poursuivre le dialogue. Mais ses propositions rendent incertaines la poursuite des négociations.

    Avec notre correspondant régional, Patrick-John Buffe

    Ce n’est qu’après huit jours de négociations que le président Daniel Ortega a mis sur la table ses propositions de sortie de crise. Parmi elles, la libération des manifestants incarcérés durant les onze derniers mois, le renforcement des droits et libertés des Nicaraguayens, ainsi qu’une réforme de la loi électorale. Réforme qui n’implique en aucun cas des élections anticipées, comme l’a réitéré Daniel Ortega.

    En plus, son gouvernement a indiqué qu’il lancerait un appel à la communauté internationale afin qu’elle suspende les sanctions économiques contre le Nicaragua. Il a aussi annoncé qu’il avait demandé à l’Organisation des Etats américains d’assister aux négociations, alors qu’il s’était toujours opposé à ce que des organismes internationaux interviennent dans les discussions.

    Mais les propositions de Daniel Ortega sont loin de répondre aux exigences de l’opposition, notamment celle d'élections anticipées. Et plutôt que de faire avancer les négociations, elles risquent de les faire capoter. D’ailleurs, après le refus des évêques de participer à ce dialogue, ce n’est que sous certaines conditions que l’Alliance Civique retournera à la table des négociations, de laquelle de nombreuses organisations sociales lui demandent de se retirer.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.