GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Avril
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Aujourd'hui
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Quito: L'Equateur annonce son départ de l'Unasur

    media Siège de l'Unasur à Quito en Equateur. Cet édifice de 20.000 mètres carrés en forme de condor, inauguré en 2014 en présence de nombreux chefs d'Etat, est une «ode au gaspillage», a dénoncé Lenin Moreno ce 13 mars. Wikimedia Commons/Diego Delso

    L'Equateur a annoncé mercredi 13 mars qu'il quittait l'Union des nations sud-américaines (Unasur). Cette organisation régionale, fondée à l'initiative du défunt président vénézuélien Hugo Chavez, et dont le siège est à Quito est en sommeil depuis deux ans, notamment en raison de la crise politique au Venezuela.

    « J'annonce aujourd'hui à l'Equateur notre retrait définitif de l'Unasur », a déclaré à une chaîne de radio et télévision le président équatorien, Lenin Moreno. Il a ajouté qu'il souhaitait récupérer le bâtiment du siège de l'Unasur, dont il a estimé la valeur à 43 millions de dollars, pour en faire profiter une université.

    Forum régional lancé en 2008 à l'initiative de président du Venezuela d'alors Hugo Chavez et de son homologue brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, l'Unasur était destinée à faire contrepoids à l'Organisation des Etats américains (OEA) dont le siège est aux Etats-Unis et dont Washington est le chef d'orchestre.

    La crise vénézuélienne a servi de détonateur

    L'Unasur comptait à l'origine douze Etats membres (Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Colombie, Equateur, Guyana, Paraguay, Pérou, Suriname, Uruguay, Venezuela). Mais l'Argentine, le Brésil, la Colombie, le Chili, le Pérou et le Paraguay ont quitté l'organisation ou suspendu leur participation. En avril 2018, le Brésil, l'Argentine, le Chili, le Paraguay, le Pérou et la Colombie suspendaient leur participation. En toile de fond, la perte d'influence des pays bolivariens dans la région. Et en août 2018, le nouveau président colombien Ivan Duque annonçait le retrait de son pays, dénonçant la «complicité» de l'Unasur avec la «dictature» de Nicolas Maduro.

    Prosur sur les rails

    L'organisation ne compte plus de secrétaire général depuis janvier 2017.

    «L'Unasur est irréversiblement finie depuis un an. La moitié des Etats membres ne participent pas, ne contribuent pas. Le secrétariat général n'a pas de titulaire depuis plus de deux ans et le personnel a diminué sensiblement», a déclaré M. Moreno, un libéral qui a succédé en 2017 au président de gauche Rafael Correa.

    Une nouvelle entité est en germe, à l’initiative du président chilien Sebastián Piñera: Prosur. La nouvelle organisation, qui rassemble pour l’instant 8 pays dont la Colombie, le Brésil, l’Argentine, le Chili ou encore le Paraguay, doit se réunir fin mars lors d'une sommet des chefs d'Etat. Le Venezuela n'en est pas membre.

    (avec agences)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.