GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Aujourd'hui
Dimanche 21 Avril
Lundi 22 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Nicaragua: 50 opposants libérés en signe de bonne volonté

    media Scènes de joie après la libération de cinquante prisonniers au Nicaragua, incarcérés pour avoir pris part à des manifestations anti-Ortega, le 15 mars 2019. REUTERS/Oswaldo Rivas

    Dans un geste de bonne volonté qui devait permettre la poursuite des négociations avec l’opposition, le gouvernement nicaraguayen a libéré vendredi 15 mars 50 prisonniers incarcérés pour avoir participé à des manifestations contre le président Daniel Ortega.

    Avec notre correspondant à Mexico, Patrick John Buffe

    Il s'agit là du deuxième groupe d'opposants libérés. Une centaine de personnes avaient déjà été mises en liberté le 27 février dernier, quelques heures avant le début du dialogue pour sortir de la crise politico-sociale que traverse le pays depuis bientôt une année.

    Cette fois, le gouvernement s’était engagé à libérer « un nombre appréciable de prisonniers ». En fin de compte, ils n’ont été que cinquante à sortir de prison et ils ne bénéficient que d’une liberté conditionnelle ou d’une assignation à résidence. Pour la plateforme de l’opposition Alliance civique pour la justice et la démocratie (ACJD), c’est un nombre insuffisant. D’autant plus qu’il reste encore près de six cents manifestants détenus dans les geôles du régime de Daniel Ortega.

    Ces premières libérations interviennent à l’issue d’une impasse dans les pourparlers, auxquelles l'Alliance civique avait suspendu sa participation dimanche dernier. Elle réclamait au gouvernement des « preuves indiscutables » de sa volonté de négocier. La promesse du président Ortega de libérer des opposants a permis de reprendre le dialogue. Mais cette fois, sans la présence des étudiants qui réclament une libération absolue et inconditionnelle de tous les prisonniers politiques.

    C’est justement pour faire entendre leurs revendications qu’ils ont appelé les Nicaraguayens à sortir ce samedi dans les rues de la capitale, bravant ainsi l’interdiction de manifester imposée par le pouvoir depuis novembre dernier. La police a d’ores et déjà annoncé qu’elle n’autoriserait pas cette marche de l’opposition.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.