GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Venezuela: remise en liberté du vice-président du Parlement
    Amériques

    Juan Guaido entame une grande tournée au Venezuela pour mobiliser ses partisans

    media Le leader de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido, lors d'un rassemblement contre le président Nicolas Maduro à Guacara, le 16 mars 2019. REUTERS/Ivan Alvarado

    Juan Guaido a entamé samedi 16 mars une grande tournée dans tout le pays. A commencer par Valencia, dans l’État de Carabobo, où il a été reçu par des milliers de partisans. Le but de cette tournée est de mobiliser un maximum de Vénézuéliens en vue d’une grande marche à Caracas qu’il compte diriger vers le palais présidentiel et y réclamer son bureau de président.

    Avec notre correspondant à Caracas, Benjamin Delille

    Menacer de marcher sur le palais présidentiel est un pari risqué pour l'opposition car le palais de Miraflores est devenu la forteresse de Nicolas Maduro. Le quartier est totalement bouclé par les militaires. Il est aussi truffé de colectivos, ces gangs armés par le gouvernement qui n’hésitent pas à tirer à balles réelles. Une grande manifestation de l’opposition vers Miraflores a donc de grandes chances de déraper et de finir en violences.

    Le risque, c’est de voir se répéter le scénario du 23 février dernier. Juan Guaidó avait promis que l’aide humanitaire entrerait quoi qu’il arrive au Venezuela grâce à des milliers de volontaires. Mais ils se sont heurtés à un mur : l’armée a bloqué la frontière et les affrontements ont été particulièrement violents, faisant plusieurs morts. L’échec de l’opposition a été de croire que les soldats désobéiraient aux ordres pour laisser passer l’aide.

    Malgré cela, il semble que Juan Guaido répète aujourd’hui la même stratégie. Seule nouveauté : cette tournée à travers le pays, qui va lui permettre de jauger une nouvelle fois sa popularité. Et pourquoi pas de convaincre une fois pour toutes les soldats qu’il a l’appui d’une majorité de la population.

    Assemblées populaires

    Dans le même temps, les députés de l’opposition ont organisé des assemblées populaires partout au Venezuela pour maintenir la population informée. Illustration sur la place de Los Palos Grandes à Caracas, avec une assemblée de voisins et d'habitants du quartier.

    Marcel Rouaix est responsable jeunesse du parti Primero Justicia. Il explique que ce rassemblement est dans la continuité de la tournée de Juan Guaido. « Le but c’est d’aller informer la population, que le plus de monde possible sache ce qu’il passe, qu’on reste organisés et qu’on est prêts pour le changement qui arrive », explique-t-il.

    À cause de l’immense coupure d’électricité qui a frappé le Venezuela la semaine dernière, l’accès à internet est toujours très difficile. Et pour des Vénézuéliens comme Alicia, ces assemblées sont l’unique manière de s’informer. « Mon wifi s’est arrêté, il ne marche toujours pas, je n’ai plus internet, déplore-t-elle. Ici ils expliquent ce qu’il va se passer. Et ça me paraît important pour savoir où on en est. »

    Au micro, le député Juan Andres Mejia répète la feuille de route de l’opposition : mobiliser le plus de monde possible pour une grande marche à Caracas vers le palais présidentiel. Un pari dangereux car la zone est truffée de militaires et de milices acquise à Nicolas Maduro.

    Mais ça ne fait pas peur à Ivan, 27 ans : « Je préfère affronter ces hommes armés, affronter cette dictature. Car ce qui me fait vraiment peur c’est de vivre dans une situation qui m’obligera, soit à m’exiler, soit à continuer de vivre en dictature. »

    Pour l’instant la date de cette marche n’a pas été annoncée. L’opposition veut prendre le temps de convaincre un maximum de policiers ou de militaires de les rejoindre afin que l’opération ne finisse pas en bain de sang.

    REPORTAGE

    Le but c’est d’aller informer la population, que le plus de monde possible sache ce qu’il passe, qu’on reste organisés et qu’on est prêts pour le changement qui arrive.

    Assemblée populaire sur la place Los Palos Grandes à Caracas 17/03/2019 - par Benjamin Delille Écouter

    Nicolas Maduro rassemble ses partisans

    Les partisans de Nicolas Maduro ne l’entendent pas de cette oreille. Ils ont marché samedi vers le palais présidentiel pour soutenir le gouvernement après ce qu’ils estiment être un sabotage électrique. Une foule toute de rouge vêtue, composée de partisans du président Nicolas Maduro qui assurent être majoritaires face à l’opposition.

    Selon Ricardo, 75 ans, les mobilisations convoquées par Juan Guaido et son équipe sont de plus en plus vides, « parce que les gens commencent à comprendre qu’ils ne vont nulle part. Ils n’ont pas de programme, ils n’ont pas d’idéologie. Ils ne disent pas ce qu’ils veulent offrir au peuple. Ils offrent ce que tout le monde peut offrir, un joli mot : la liberté. Mais quelle liberté ? Celle de mourir de faim ? »

    Au sujet de la tournée entamée par Juan Guaido, Ricardo n’est pas inquiet. Il ne croit pas l’opposant capable de prendre le palais présidentiel de force. « Il peut dire ce qu’il veut, mais ici la réalité, c’est que celui qui gouverne, c’est Nicolas Maduro Moros. Et il ne gouverne pas seul, il gouverne avec un peuple qui le soutient. »

    Selon Antonio, 26 ans, Juan Guaido peut organiser toutes les manifestations qu’il veut, traverser le pays s’il le souhaite, mais il y a une limite à ne pas dépasser. « Ici il y a un processus constitutionnel. Tu ne peux pas juste venir et dire "Je suis président". Il faut être élu par le peuple et le peuple a choisi le président qui occupe actuellement le palais : Nicolas Maduro. Et il n’y a pas de raison de refaire une autre élection. »

    Quoi qu’il en soit, tous sont prêts à revenir dans la rue pour empêcher l’opposition de se rapprocher du palais présidentiel.

    REPORTAGE

    Il peut dire ce qu’il veut, mais ici la réalité, c’est que celui qui gouverne, c’est Nicolas Maduro Moros.

    Rassemblement de partisans de Nicolas Maduro à Caracas 17/03/2019 - par Benjamin Delille Écouter
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.