GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Aujourd'hui
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Washington expulse deux diplomates cubains à l'ONU accusés d'atteinte à la sécurité nationale (département d'Etat)
    • Justin Trudeau considère «totalement inacceptable» de s'être grimé en Noir
    • La compagnie française XL Airways en cessation de paiements, demande son placement en redressement judiciaire (communiqué)
    • Décès de l'acteur français Charles Gérard, second rôle fétiche de Lelouch et grand ami de Jean-Paul Belmondo
    • Le Parquet russe demande à la justice de libérer un acteur emprisonné après un mouvement de soutien
    • Idleb (Syrie): veto russe-chinois à l'ONU à une résolution imposant un cessez-le-feu
    • Décès de l’ancien président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali
    Amériques

    Prosur versus Unasur: la présence de Bolsonaro sème le trouble à ce 1er sommet

    media Le président chilien, Sebastian Pinera (photo), espère que le «Prosur» pourra être pérenne. REUTERS/ Rodrigo Garrido

    Le Chili organise, ce vendredi 22 mars, le premier sommet « Prosur ». Sept chefs d'Etat et de gouvernement sud-américains y participent, venus de Colombie, du Brésil, d'Argentine, ou encore d'Equateur. L'idée du président chilien Sebastian Pinera et de son homologue colombien Ivan Duque est que Prosur vienne se substituer à l'Unasur, organisation née en 2004, mais actuellement paralysée.

    De notre correspondante à Santiago,

    L'Unasur est mourante depuis que le Chili, la Colombie, l'Argentine ou encore le Brésil ont gelé leur participation à l'organisation l'année dernière. Celle-ci avait été créée sous l'impulsion de présidents latino-américains de gauche, mais elle a ensuite souffert des désaccords entre les dirigeants du continent, concernant notamment la situation politique et économique au Venezuela.

    Pour combler ce vide, les présidents du Chili et de la Colombie, Sebastian Pinera et Ivan Duque, tous les deux classés à droite, essaient donc aujourd'hui de lancer « Prosur » : pour l'instant, c'est un sommet périodique des dirigeants du continent, dans le but de négocier des accords économiques transversaux. L'idée est de pouvoir aller plus loin que les accords bilatéraux, et d'inclure davantage de pays que le Mercosur, le marché commun entre le Brésil, l'Argentine, l'Uruguay et le Paraguay. Sebastian Pinera promet aussi que l'organisation sera bien « moins bureaucratique » que l'Unasur.

    Des clivages politiques pas vraiment dépassés

    Le président chilien affirme aussi que cette organisation sera au-dessus des tendances politiques des différents chefs d'Etat. C'est ce qu'il répète depuis que cette idée a été lancée, il y a quelques semaines seulement. Il tente ainsi de se positionner comme un leader à l'échelle régionale.

    Mais, pour le moment, à l'exception du président de l'Equateur, Lenin Moreno, seuls des dirigeants de droite participeront au sommet de ce vendredi. La Bolivie d'Evo Morales et l'Uruguay de Tabaré Vasquez ne seront pas représentés à Santiago ce vendredi.

    Pour l'opposition à Sebastian Pinera, ce sommet est donc plutôt une réunion de la droite du continent et une énième tentative de construction régionale qui risque de subir, à terme, le même sort que l'Unasur.

    Jair Bolsonaro, une présence qui dérange

    Jair Bolsonaro, le président brésilien d'extrême-droite, fait partie des invités. Il a atterri à Santiago jeudi après-midi. C'est sa deuxième visite officielle à l'étranger après les Etats-unis en début de semaine. En descendant de l'avion hier, des journalistes l'ont interrogé sur ses déclarations passées dans lesquelles il faisait l'éloge de la dictature du général Pinochet. Il a assuré que lors de son séjour ici, il ne parlerait pas du dictateur qui a occupé le pouvoir au Chili entre 1973 et 1990.

    C'est justement à cause de son soutien aux anciennes dictatures sud-américaines, de ses déclarations homophobes et sexistes que plusieurs parlementaires de l'opposition chilienne ont refusé de déjeuner à la même table que Jair Bolsonaro ce samedi à Santiago. Les présidents du Sénat et de la Chambre des députés ont aussi décliné l'invitation.

    Une organisation de défense des droits des personnes LGBT a appelé à manifester contre la venue du président brésilien, tout comme plusieurs partis d'opposition et groupes de musique, qui organisent un rassemblement anti-Bolsonaro ce vendredi soir dans le centre de Santiago.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.