GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    François accepte la démission du cardinal chilien Ricardo Ezzati Andrello

    media Le cardinal de Santiago du Chili, Ricardo Ezzati, s'adresse à la presse après que le pape François a accepté sa démission, le 23 mars 2019. REUTERS/Stringer

    Une nouvelle déchéance pour un cardinal de l’Eglise catholique : le pape François a accepté samedi 23 mars la démission du cardinal chilien Ricardo Ezzati Andrello, archevêque de Santiago, accusé à son tour d’avoir couvert des crimes sexuels commis par des prêtres de son diocèse.

    Âgé de 77 ans, le cardinal Ezzati avait dépassé l’âge de la retraite fixé à 75 ans dans l’Eglise catholique, rappelle notre correspondant à Rome, Eric Sénanque. L’ancien président de la conférence épiscopale chilienne avait été créé cardinal par François lors d’un consistoire en 2014. Il est accusé d’avoir dissimulé trois cas d’agressions sexuelles, notamment un viol commis par un prêtre dans les locaux de la cathédrale de Santiago.

    Toujours économe dans sa communication, le Vatican n’a fait aucun commentaire. Mais à l’inverse du cardinal Barbarin en France, le pape a accepté que le cardinal renonce à sa charge. L’an dernier, le cardinal Ezzati avait présenté au pape sa démission, comme l’ensemble des évêques du pays. Le pape François a nommé un administrateur apostolique à Santiago, le temps de trouver un successeur au cardinal d’origine italienne.

    Le cardinal clame son innocence

    Réagissant samedi en conférence de presse, l'archevêque a paradoxalement commencé par remercier le pape d'avoir accepté sa démission, à cause de son grand âge, assure-t-il, rapporte notre correspondante à Santiago, Justine Fontaine.

    Un motif auquel, pourtant, personne ne croit au Chili, tant la manière dont le cardinal a géré les affaires de pédophilie dans l'Eglise est critiquée, y compris par des membres du clergé.

    Malgré tout, le prélat se défend de toute responsabilité : « Il ne suffit pas d'affirmer que quelqu'un dissimule la vérité, il faut encore le prouver. Et moi, je m'en vais la tête haute », lance-t-il. Si pour le moment, il « garde le silence, comme le [lui] permet la législation chilienne, une fois venu le moment opportun », il parlera.

    Pas de quoi satisfaire des victimes d'un ancien prêtre : « Le cardinal Ezzati représente tout ce contre quoi nous luttons depuis des années », ont-ils déclaré samedi, « en particulier la culture de la dissimulation et des violences sexuelles ».

    La purge se poursuit donc dans l’Eglise du Chili. Il s’agit de la huitième démission d’un évêque chilien acceptée par le Vatican depuis mai 2018. Avec cette démission, un tiers des 27 provinces ecclésiastiques que compte le Chili est maintenant gérée par des administrateurs apostoliques. Au total, 148 enquêtes sont ouvertes dans les tribunaux du pays, pour des affaires de de violences sexuelles dans l'Eglise.

    Le désormais ancien archevêque de Santiago doit se retirer dans une communauté salésienne, sa famille religieuse, en attendant son procès.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.