GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    [Analyse] Le rapport Mueller, «une victoire politique considérable» pour Trump

    media Donald Trump, sur le chemin de la Maison Blanche, réagit aux conclusions du rapport du procureur spécial Mueller. REUTERS/Carlos Barria

    Le président américain s’affirme « totalement disculpé » des soupçons de collusion avec Moscou après la publication des conclusions de l'enquête du procureur spécial Robert Mueller. Corentin Sellin, spécialiste des Etats Unis, fait le point.

    RFI : Donald Trump a raison de se réjouir ? C’est une victoire aujourd’hui pour lui ?

    Corentin Sellin : Oui, il a raison de se réjouir, c’est une victoire politique considérable pour lui. En effet, on a appris dimanche soir qu’il n’y avait dans le rapport Mueller aucune collusion avec la Russie qui avait été prouvée pour la campagne 2016, or c’était le cœur même de l’enquête, la mission qui avait été confiée originellement à Robert Mueller par le ministère de la Justice. Il devait établir s’il y avait eu collusion, il dit qu’il n’y a pas eu collusion, donc pour Trump c’est un énorme bon point. Sur le second point, l’obstruction, certes, les démocrates disent déjà « Mueller n’a pas dit qu’il y avait obstruction, mais il n’a pas dit qu’il n’y avait pas obstruction », mais cependant ce qui a été rapporté hier, c’est qu’il n’y a pas assez de preuve pour établir une éventuelle obstruction de la justice.

    Le camp démocrate exige la publication du rapport complet, car il ne s'agit que de conclusions rédigées par le ministre de la Justice choisi par Trump, y a-t-il des raisons de douter de l'impartialité de ces conclusions ?

    Non pas de l’impartialité des conclusions de Mueller, mais évidemment ça pose un tout petit peu problème de voir un ministre de la Justice très récemment nommé, qui par ailleurs, il faut absolument le rappeler, avait été sollicité par Trump pour être son avocat de la défense, évidemment ça pose un tout petit problème de le voir ainsi rapporter, condenser, les conclusions du rapport Mueller. Cependant, on peut se douter que s’il avait transformé les conclusions du rapport Mueller, le procureur Mueller se ferait entendre, donc ça pose effectivement un petit problème de forme, est-ce beaucoup plus que ça, on peut en douter.

    Sur la question de savoir s'il y a eu entrave à la justice, il n'y a pas de conclusion définitive. Robert Mueller écrit la chose suivante, selon le résumé signé par M. Barr : « Tout en ne concluant pas que le président s’est rendu coupable d'un délit, ce rapport ne le disculpe pas pour autant ». Vous aviez l’air de dire qu’il n’a pas forcément de raison de s’inquiéter de cela ?

    Non, il n’a pas raison de s’en inquiéter, parce qu’au final, en fait, Robert Mueller a botté en touche et a remis au ministre de la Justice la responsabilité de conclure s’il y avait matière ou pas à poursuivre. Et le ministre de la Justice, alors certes, le ministre de Trump, a conclu qu’il n’y avait pas matière à, mais il n’y a pas vraiment de quoi s’inquiéter pour Trump puisque même Mueller n’est pas allé jusqu’à dire « Oui il y a de quoi établir une obstruction à la justice » donc partant de là, même s’il faudra voir le rapport en entier, c’est plutôt bon quand même pour Trump.

    Ça veut dire qu'il n'existe pas d'éléments prouvant les tentatives d’influence. Ou bien que malgré les mois d'enquête il n'y a pas suffisamment de preuves ?

    Oui c’est exactement ça et surtout que pour Trump ce qui est très important c’est que Mueller lui-même n’est pas allé jusqu’à une incrimination sur l’obstruction à la justice. Evidemment, ensuite on peut dire « oui, mais c’est le ministre de la Justice qui a tranché, et c’était son nominé », mais à partir du moment où Mueller n’est pas allé jusqu’à une incrimination, pour Trump c’est vraiment tout bon et de là, il sera difficile pour le congrès de poursuivre en suite.

    C’est la route qui se dégage pour Trump pour 2020 ?

    Oui surtout qu’il a maintenant un argument de poids, ça fait deux ans qu’il parle d’une chasse aux sorcières, de quelque chose où il n’y avait rien et aujourd’hui il est, pas intégralement évidemment, mais il est quand même conforté dans ce récit et ça change tout pour le paysage politique avant 2020.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.