GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: les résultats de l'enquête Mueller

    media Les quatre pages de synthèse issues du rapport Mueller et communiquées par le ministre de la Justice William Barr au Congrès, le 24 mars 2019. REUTERS/Jim Bourg

    « Faites une croix sur l’impeachment. C’est mort ! », jubile le tabloïde New York Post qui poursuit : « Les résultats de l’enquête menée par Robert Mueller constituent une formidable exemption pour le président et les millions d’Américains qui n’ont jamais douté de son innocence. Ces résultats prouvent une fois pour toutes qu’il a remporté l’élection de 2016 de manière juste et équitable. Désormais Donald Trump est indéniablement le 45e président légitime des États-Unis ».

    Plus mesuré, le Washington Post écrit : « Pas de collusion avec la Russie : cela devrait soulager les Américains qui s’étaient inquiétés que leurs hauts dirigeants aient agi en tant qu’agents d’une puissance étrangère lors de la dernière présidentielle ». Le Wall Street Journal appelle ses collègues journalistes à tirer les leçons de ces deux dernières années : « Gare aux couvertures médiatiques qui sous-entendent des complots supposés avant de connaître les faits ».

    Pour une partie des éditorialistes américains, le doute persiste

    « La découverte que Donald Trump et son équipe de campagne n’ont pas collaboré avec le gouvernement russe est quelque peu déconcertante », avoue USA Today. « Non pas que ce résultat ne puisse être accepté comme vrai - la réputation d’excellence, de diligence et de minutie du procureur spécial Robert Mueller souligne la crédibilité de son rapport - mais en raison de tout ce que nous avons appris durant ces deux dernières années ».

    « Nous savons que le gouvernement russe est intervenu à plusieurs reprises lors de la campagne présidentielle de 2016 en piratant des serveurs informatiques du Comité national démocrate et de la campagne Clinton dans le but de diviser les Américains et d’aider Donad Trump à remporter la présidence », renchérit de son côté le New York Times. « Nous savons que lorsque les membres les plus en vue de la campagne Trump ont été mis au courant de cette interférence, ils ne l’ont pas signalée au FBI, mais au contraire, ils l’ont bien accueillie, ils l’ont encouragée. Et nous savons que, interrogés par les autorités fédérales, nombre des principaux collaborateurs de Monsieur Trump ont menti, parfois à plusieurs reprises, au sujet de leurs communications avec les Russes ». Et le New York Times de conclure : « Que Robert Mueller n’ait pas pu trouver suffisamment de preuves pour démontrer que Monsieur Trump ou l’un des collaborateurs de sa campagne électorale se soit directement coordonné avec les Russes peut s’expliquer par le fait qu’ils n’avaient pas besoin de le faire. Ils recevaient déjà l’aide de Moscou ».

    Les démocrates réclament, eux, la publication de l’ensemble du rapport Mueller. Aux yeux du Chicago Tribune, « les démocrates, majoritaires à la Chambre des représentants, doivent maintenant faire un choix : vont-ils poursuivre les tentatives de destitution de Donald Trump pour crimes ou délits présumés - sachant que la majorité républicaine au Sénat ne condamnerait pas le président. Où vont-ils conclure que les électeurs centristes en ont assez des enquêtes et du coup redoubler de détermination pour vaincre Trump [lors de la présidentielle] le 3 novembre 2020… mais sur un autre terrain que celui de la justice ? »

    Venezuela : deux avions de l’armée russe sont arrivés samedi

    « Un avion de passagers avec à son bord 99 militaires puis un Antonov An-124 ont atterri à l’aéroport international de Caracas », rapporte Tal Cual qui poursuit : « L’avion-cargo russe transportait 35 tonnes de matériel. L’ambassade de Russie et le général vénézuélien Edgar Colina Reyes ont participé à leur réception ».

    Sait-on en quoi consiste ce matériel russe qui a été livré au gouvernement vénézuélien ? Aucune information n’a circulé à ce propos. Selon l’agence russe Sputnik, cette livraison et la présence de militaires russes sur le sol vénézuélien font partie « de la coopération technique et militaire » entre Moscou et Caracas.

    En effet, rappelle Efecto Cocuyo, les deux pays avaient « annoncé en décembre dernier qu’ils allaient réactiver cette coopération afin de renforcer les capacités de défense du Venezuela face à d’éventuelles attaques. Un escadron d’avions militaires russes, comprenant deux bombardiers stratégiques Tu-160 capables de transporter des armes nucléaires, a alors participé à des exercices militaires conjoints au Venezuela ».

    El Pais fait remarquer que l’atterrissage des deux appareils russes est intervenu à peine une heure après que le président Nicolas Maduro a accusé le président par intérim autoproclamé Juan Guaido de préparer un plan pour l’assassiner. Une accusation rejetée avec véhémence par Juan Guaido, rapporte El Universal, qui dénonce une tentative de diversion de la part du régime pour ne pas parler des vrais problèmes du pays.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.